COVID-19: Création d’une base de données nationale de scanners thoraciques

La Société Française de Radiologie (SFR) et NEHS DIGITAL mettent en place un partenariat afin de favoriser, avec des établissements volontaires, une collecte d’images de scanners thoraciques de cas suspects ou confirmés de COVID-19. Il s’agit de constituer une base de données anonymisées afin de améliorer la prise en soin des patients positif au Covid-19 et de favoriser des projets de recherche et de développement.

La Société Française de Radiologie (SFR) et NEHS DIGITAL mettent en place un partenariat afin de favoriser, avec des établissements volontaires, une collecte d’images de scanners thoraciques de cas suspects ou confirmés de COVID-19. Il s’agit de constituer une base de données anonymisées afin de améliorer la prise en soin des patients positif au Covid-19 et de favoriser des projets de recherche et de développement.
Plusieurs études montrent l’importance du scanner thoracique chez les patients suspects et atteints par le coronavirus, à la fois pour le diagnostic des lésions pulmonaires et pour l’évaluation du pronostic.
« Collecter les images d’un grand nombre de scanners nous permettra d’avoir une connaissance précise de la sémiologie diagnostique et de déterminer des biomarqueurs pronostiques», indique le Pr Jean-François Meder, Président de la Société Française de Radiologie.
Il s’agit bien d’identifier les conduites à tenir pour juguler cette maladie. Toutes les images sont intéressantes, même quand le scanner est normal ou dépiste d’autres pathologies que celle suspectée au départ. Le but est de construire une base de données pour améliorer les connaissances, favoriser la recherche et optimiser la prise en charge des patients.
« Le groupe nehs et ses collaborateurs sont mobilisés, aux côtés des professionnels de santé, pour favoriser l’entraide nationale. Ce partenariat entre NEHS DIGITAL et la SFR constitue une réponse qui servira les scientifiques à lutter contre la maladie», précise Médéric Monestier, directeur général de nehs.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.