COVID-19 : création d’une indemnité exceptionnelle pour les étudiants infirmiers mobilisés

Olivier Véran et Frédérique Vidal mettent en place une indemnité exceptionnelle pour les étudiants en soins infirmiers mobilisés pendant leurs stages dans la lutte contre la covid-19. Le gouvernement mobilise ainsi 20 millions d’euros dans le cadre du projet de loi de finances de la sécurité sociale rectificatif 2020 pour la mise en place de cette indemnité.

Olivier Véran et Frédérique Vidal mettent en place une indemnité exceptionnelle pour les étudiants en soins infirmiers mobilisés pendant leurs stages dans la lutte contre la covid-19. Le gouvernement mobilise ainsi 20 millions d’euros dans le cadre du projet de loi de finances de la sécurité sociale rectificatif 2020 pour la mise en place de cette indemnité.
Lors du Ségur de la santé, Olivier Véran s’était engagé avec les principales organisations représentatives des étudiants paramédicaux à une revalorisation des indemnités de stage des étudiants en soins infirmiers, en masso-kinésithérapie, manipulateurs en électroradiologie médicale et ergothérapie, à hauteur de 20% au 1er janvier 2021.

136.5 euros par semaine de mobilisation

En complément de la revalorisation des indemnités de stage qui interviendra au 1er janvier 2021, le gouvernement crée une indemnité exceptionnelle de stage supplémentaire destinée aux étudiants en soins infirmiers de 2ème et 3ème années mobilisés en renfort dans les établissements de santé et médico-sociaux pour lutter contre l’épidémie. Ce complément se traduit par la majoration exceptionnelle des indemnités de stage durant la période de l’état d’urgence sanitaire permettant de parvenir à un montant de 136.5 euros/semaine de mobilisation. Les étudiants concernés percevront cette indemnité exceptionnelle avant la fin de l’année.
Par cette mesure mise en place dès maintenant par les agences régionales de santé, le gouvernement souhaite soutenir tout particulièrement les étudiants en soins infirmiers fortement impliqués durant leurs stages auprès des soignants et des patients.

Un engagement reconnu et valorisé

« Notre système de santé fait à nouveau face à une pression épidémique exceptionnelle qui nécessite la mobilisation de toutes ses forces, a déclaré Olivier Véran, dans le communiqué publié ce mardi 10 novembre. Le rôle que jouent les étudiants en soins infirmiers dans la prise en charge des patients par nos établissements de santé est précieux, qu’il s’agisse de patients Covid-19 ou souffrant d’autres pathologies. Leur engagement dans cette période difficile devait être reconnu et valorisé. C’est le choix que nous faisons. »
L’arrêté relatif à cette indemnisation exceptionnelle a été publié ce jour, cumulable avec l’indemnité de stage des étudiants en soins infirmiers définissant un montant hebdomadaire de 98.5 euros en 2ème année et 86.5 euros en 3ème année de formation.

Ainsi les étudiants en soins infirmiers intervenant en renfort sur des missions d’aide-soignant pendant leur formation, seront rémunérés à hauteur de 136,5 euros par semaine de mobilisation (soit environ 550 euros si la mobilisation est d’une durée d’un mois) ce qui représente un engagement substantiel du gouvernement pour reconnaitre l’engagement des étudiants infirmiers dans la gestion de la crise épidémique.

Un vadémécum sur la mobilisation des professionnels de santé

Le ministre des solidarités et de la santé tient à rappeler qu’un vadémécum spécifique sur la mobilisation des professionnels de santé et des étudiants en santé a été diffusé aux agences régionales de santé ainsi qu’aux établissements de santé et médico-sociaux. Les agences régionales de santé sont chargées de structurer la mobilisation sur leurs territoires en lien étroit avec les établissements bénéficiaires, les responsables académiques des formations et les représentants des étudiants en santé en veillant à maintenir autant que possible les périodes de formation des étudiants en santé.

« La mobilisation, qui se veut provisoire, des étudiants en soins infirmiers qui ne comptent pas leurs heures ni leur dévouement en cette période de crise sanitaire est exceptionnelle. Je tiens à les en remercier sincèrement. Ils sont la preuve d’une solidarité à toute épreuve, et cette indemnité exceptionnelle est une façon de leur montrer que le gouvernement est à leur écoute et à leurs côtés en ce contexte si particulier», a souligné Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.