COVID-19 : des recommandations d’hygiène hospitalière renforcées face aux variants de la maladie

Afin de lutter efficacement contre les nouveaux variants du virus, la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H) a adapté ses recommandations concernant les mesures d’hygiène. Dans son avis publié le 17 janvier, elle déclare «prendre en compte les données encore fragmentaires sur les caractéristiques épidémiologiques de variants émergents préoccupants».

Afin de lutter efficacement contre les nouveaux variants du virus, la Société française d’hygiène hospitalière (SF2H) a adapté ses recommandations concernant les mesures d’hygiène. Dans son avis publié le 17 janvier, elle déclare «prendre en compte les données encore fragmentaires sur les caractéristiques épidémiologiques de variants émergents préoccupants».
Elle tient à mettre en garde les établissements sur les risques de clusters, rapidement extensifs et potentiellement liés à un variant du virus. La SF2H insiste sur l’importance des gestes barrières, des précautions standards ainsi que des mesures additionnelles PCI-COVID-19. Elles doivent être appliquées avec la plus grande rigueur.
La Société ne propose pas le port systématique du masque FF2 et conseille l’utilisation de celui répondant à la norme EN 14683. Subsistent quelques exceptions : le cas des gestes invasifs ou de manœuvres à risque de générer des aérosols, pour lesquels un appareil de protection respiratoire est indiqué.
Ces indications évoquent le risque d’un cluster rapidement extensif ou superspreading event (SSE). Plusieurs types de ces évènements sont listés par la SF2H. Elle appelle «tous les acteurs de soins à une vigilance absolue» concernant les précautions standards ainsi que celles citées dans son avis. Si un cluster est suspecté, elle souligne la nécessité de mettre en œuvre toutes les recommandations évoquées, le plus rapidement possible.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.