COVID-19 : la FHF appelle a une « union sacrée » pour soigner le plus grand nombre

Alors que France entre en phase 3 de lutte contre l'épidémie de COVID-19, avec une bilan de 127 morts et 5 423 cas confirmés au 15 mars la fédération hospitalière de France (FHF) appelle les Français à «un immense élan de civisme national» pour permettre aux hôpitaux publics de soigner dans les meilleures conditions possibles cette épidémie.

Alors que France entre en phase 3 de lutte contre l’épidémie de COVID-19, avec une bilan de 127 morts et 5 423 cas confirmés au 15 mars la fédération hospitalière de France (FHF) appelle les Français à «un immense élan de civisme national» pour permettre aux hôpitaux publics de soigner dans les meilleures conditions possibles cette épidémie.
« Chacun a un rôle à jouer dans le combat contre cette épidémie historique. Toute la nation doit être unie et la priorité doit être donnée à nos hôpitaux publics. Les personnels comptent donc sur le civisme des citoyens, a déclaré Frédéric Valletoux, président la FHF, via un communiqué ce lundi 16 mars. Il faut se protéger soi-même, mais aussi protéger nos aînés et les personnes les plus fragiles en appliquant à la lettre les consignes du Gouvernement. Nous en appelons à une union sanitaire sacrée».

Une situation historique inédite

«C’est une situation historique inédite à laquelle les hôpitaux publics font face», insiste le communiqué. Avec l’accélération de la propagation du virus, le nombre de victimes qui devront être hospitalisées risque d’augmenter fortement et la communauté hospitalière publique se dit prête et mobilisée pour les soigner rappelant qu’il est «absolument primordial» que la population respecte scrupuleusement les mesures annoncées par le gouvernement afin de freiner l’évolution du virus et ainsi éviter des afflux trop massifs dans les hôpitaux. «Nos hospitaliers sont prêts mais ils comptent sur une mobilisation massive des Français à respecter scrupuleusement les restrictions et règles fixées par le gouvernement», est-il souligné.

Pour la meilleur gestion possible de l’épidémie

Depuis des semaines, la communauté hospitalière se prépare à affronter l’arrivée en grand nombre de victimes dans les hôpitaux.
La FHF rappelle qu’elle échange en permanence avec les pouvoirs publics sur les mesures nécessaires à la meilleure gestion, par les hôpitaux et les établissements médicosociaux pendant toute la durée de cette crise sans précédent. Avec l’aide de ses fédérations régionales, elle est en lien étroit avec les établissements qui remontent les informations du terrain. Elle agit pour identifier les besoins prioritaires de ses établissements notamment le déploiement de mesures en matière de Ressources Humaines (dispositifs de gardes d’enfants, modalités de renforcement des équipes…) mais également en matière d’approvisionnements des équipements (masques notamment, tests…) afin d’assurer la meilleure gestion possible de l’épidémie et ainsi de continuer à faire de notre service public de santé un ciment de la Nation.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.