Covid-19 : La Ligue contre l’obésité interpelle le ministre de la Santé

Les personne atteintes d’obésité n’ont pas accès au dispositif Covid de l’arrêt de travail simplifié en ligne. Une aberration pour la Ligue contre l'obésité qui a saisi le ministre de la Santé.

Les personne atteintes d’obésité n’ont pas accès au dispositif Covid de l’arrêt de travail simplifié en ligne. Une aberration pour la Ligue contre l’obésité qui a saisi le ministre de la Santé.
La crise sanitaire qui sévit en France et dans le monde impacte très durement les personnes souffrant d’obésité. Les études menées dans plusieurs centres hospitaliers de l’Hexagone et les éléments fournis par le Réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA) confirment cette tendance.
Alors qu’un très grand nombre de patients sont toujours hospitalisés en soins intensifs et que l’on déplore de multiples décès parmi la population atteinte d’obésité, la Ligue contre l’obésité déplore que cette maladie ne soit toujours pas reconnue au titre des Affections de longue durée (ALD) par l’Assurance maladie.
De ce fait, les personnes souffrant d’obésité – qui ne peuvent pas poursuivre leur activité professionnelle en télétravail – n’ont pas accès à la procédure simplifié d’arrêt de travail dérogatoire sur le site dédié declare.ameli.fr
Une situation qui conduit les personnes atteintes d’obésité à devoir se déplacer chez leur médecin traitant afin que celui-ci leur délivre un arrêt de travail, si leur état de santé le justifie. Une obligation qui va à l’encontre de l’avis du Haut conseil de la santé publique (HSCP) qui rappelle dans son avis du 31 mars que les patients dès IMC>30 font partie des personnes à risque des formes graves du Covid-19 et qu’il est nécessaire de respecter les mesures barrières et de distanciation physique, de privilégier les consultations à distance et de limiter les déplacements dans des lieux à risque de transmission élevée du virus comme les salles d’attente ou les établissement de santé.
Malgré ces recommandations, les personnes atteintes d’obésité sont contraintes d’établir un contact physique avec leur médecin traitant afin d’obtenir, en cas de nécessité, un arrêt de travail. 

"Protégés en priorité"

Face à cette situation, la Ligue contre l’obésité a interpellé par courrier, le14 avril, Olivier Véran afin que l’Etat étende, à titre exceptionnel, la possibilité aux personnes souffrant d’obésité d’accéder au formulaire de l’arrêt de travail simplifié en ligne sur declare.ameli.fr . Et ce, dans le cadre des mesures de non propagation du virus prises par le gouvernement et du champ des pathologies concernées définies par le HCSP.
De plus, en prenant cette mesure de sauvegarde de la santé des personnes souffrant d’obésité, l’Assurance maladie répondrait parfaitement aux exigences du Président de la République, ajoute la Ligue. En effet, lors de sa première intervention télévisée du 12 mars 2020, le chef de l’Etat a, dans son allocution, clairement indiqué que « celles et ceux de nos compatriotes qui sont âgés ou affectés par des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou le cancer devaient être protégés en priorité ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.