Covid-19 : La Ligue contre l’obésité interpelle le ministre de la Santé

Les personne atteintes d’obésité n’ont pas accès au dispositif Covid de l’arrêt de travail simplifié en ligne. Une aberration pour la Ligue contre l'obésité qui a saisi le ministre de la Santé.

Les personne atteintes d’obésité n’ont pas accès au dispositif Covid de l’arrêt de travail simplifié en ligne. Une aberration pour la Ligue contre l’obésité qui a saisi le ministre de la Santé.
La crise sanitaire qui sévit en France et dans le monde impacte très durement les personnes souffrant d’obésité. Les études menées dans plusieurs centres hospitaliers de l’Hexagone et les éléments fournis par le Réseau européen de recherche en ventilation artificielle (REVA) confirment cette tendance.
Alors qu’un très grand nombre de patients sont toujours hospitalisés en soins intensifs et que l’on déplore de multiples décès parmi la population atteinte d’obésité, la Ligue contre l’obésité déplore que cette maladie ne soit toujours pas reconnue au titre des Affections de longue durée (ALD) par l’Assurance maladie.
De ce fait, les personnes souffrant d’obésité – qui ne peuvent pas poursuivre leur activité professionnelle en télétravail – n’ont pas accès à la procédure simplifié d’arrêt de travail dérogatoire sur le site dédié declare.ameli.fr
Une situation qui conduit les personnes atteintes d’obésité à devoir se déplacer chez leur médecin traitant afin que celui-ci leur délivre un arrêt de travail, si leur état de santé le justifie. Une obligation qui va à l’encontre de l’avis du Haut conseil de la santé publique (HSCP) qui rappelle dans son avis du 31 mars que les patients dès IMC>30 font partie des personnes à risque des formes graves du Covid-19 et qu’il est nécessaire de respecter les mesures barrières et de distanciation physique, de privilégier les consultations à distance et de limiter les déplacements dans des lieux à risque de transmission élevée du virus comme les salles d’attente ou les établissement de santé.
Malgré ces recommandations, les personnes atteintes d’obésité sont contraintes d’établir un contact physique avec leur médecin traitant afin d’obtenir, en cas de nécessité, un arrêt de travail. 

"Protégés en priorité"

Face à cette situation, la Ligue contre l’obésité a interpellé par courrier, le14 avril, Olivier Véran afin que l’Etat étende, à titre exceptionnel, la possibilité aux personnes souffrant d’obésité d’accéder au formulaire de l’arrêt de travail simplifié en ligne sur declare.ameli.fr . Et ce, dans le cadre des mesures de non propagation du virus prises par le gouvernement et du champ des pathologies concernées définies par le HCSP.
De plus, en prenant cette mesure de sauvegarde de la santé des personnes souffrant d’obésité, l’Assurance maladie répondrait parfaitement aux exigences du Président de la République, ajoute la Ligue. En effet, lors de sa première intervention télévisée du 12 mars 2020, le chef de l’Etat a, dans son allocution, clairement indiqué que « celles et ceux de nos compatriotes qui sont âgés ou affectés par des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou le cancer devaient être protégés en priorité ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.