COVID-19 : La RATP et la région Ile-de-France mettent en place 20 lignes de bus réservées exclusivement aux hospitaliers

Dès ce lundi 23 mars, Île-de-France Mobilités et la RATP mettent à disposition 20 navettes de bus afin de faciliter le déplacement du personnel hospitalier entre grands pôles de transports et grands pôles hospitaliers. Ce nouveau service construit et élaboré avec l’AP-HP est en place pour une durée indéterminée, avec un intervalle de passage d’un bus toutes les 30 minutes sur chaque ligne.

Dès ce lundi 23 mars, Île-de-France Mobilités et la RATP mettent à disposition 20 navettes de bus afin de faciliter le déplacement du personnel hospitalier entre grands pôles de transports et grands pôles hospitaliers. Ce nouveau service construit et élaboré avec l’AP-HP est en place pour une durée indéterminée, avec un intervalle de passage d’un bus toutes les 30 minutes sur chaque ligne.
L’objectif est de permettre aux personnels hospitaliers de se rendre sur leur lieu de travail sans difficulté. Ce service s’inscrit en complément de la continuité de service sur le réseau francilien qui a maintenu une offre, même si réduite, pour permettre aux autres fonctions fondamentales de fonctionner et de se déplacer.

Des horaires choisis par l’AP-HP

Les horaires de fonctionnement de ce nouveau service de bus ont été travaillés avec l’AP-HP pour les baser sur les besoins des personnels: 6h-9h ; 12h-15h ; 19h-22h.
Afin d’informer le personnel soignant de cette nouvelle offre, des fiches horaires ont été spécialement créées, ligne par ligne, et sont transmises à l’AP-HP pour communication en interne. Toutes les fiches horaires des lignes sont disponibles sur www.ratp.fr/personnels-hospitaliers.
Les mesures de précaution pour les voyageurs et les conducteurs mises en œuvre à bord de ces navettes dédiées aux personnels hospitaliers sont les mêmes que celles dédiées aux lignes régulières: vitre anti-agression levée, portillon ouvert en position nuit, porte avant fermée, rubalise à l’arrière de la cabine de conduite, montée des voyageurs par la porte arrière.

Une offre de transport public adaptée "au jour le jour"

L’offre de transport régionale ainsi que de la RATP sont ainsi adaptées "au jour le jour" pour maintenir des transports réguliers toute la journée avec une priorité sur la desserte des hôpitaux et des infrastructures de santé.
Pour rappel, dans le cadre des actions menées pour faciliter le déplacement des soignants, Île-de-France Mobilités a déjà renforcé 6 lignes de Transport à la Demande (Rambouillet (78), Houdan (78), Férolles (77), Jossigny (77), Nemours (77), Pontoise (95), Montereau (77)) et synchronise les actions de tous les opérateurs de transport franciliens, en maintenant toutes les lignes de transports pour que les personnes qui doivent aller travailler pour assurer la continuité de fonctionnement du pays dans cette période puissent le faire sans difficultés (personnels de santé, policiers, pompiers, services publics, pharmaciens, personnels travaillant dans les supermarchés, personnels travaillant dans les secteurs stratégiques comme la production agro-alimentaires, les réseaux d’énergie, télécom, eaux, les agents de sécurité, …).
Les Franciliens qui n’en ont pas une absolue nécessité sont invités à rester chez eux.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.