COVID-19 : les dirigeants hospitaliers en attente d’une stratégie de vaccination

Alors que la France se prépare à l’arrivée prochaine d’un vaccin contre le Covid-19, les responsables hospitaliers attendent des réponses et des directives claires pour encadrer une distribution massive et régulée.

Alors que la France se prépare à l’arrivée prochaine d’un vaccin contre le Covid-19, les responsables hospitaliers attendent des réponses et des directives claires pour encadrer une distribution massive et régulée.
Comment conserver un vaccin à -80°C quand on ne dispose pas de pharmacie à usage intérieur (PUI)? C’était l’une des questions à l’ordre du jour lors du dernier point d’information de la Fédération hospitalière de France (FHF), ce mardi 2 décembre. Et avec elle, d’autres interrogations fortes des dirigeants hospitaliers quant à la stratégie d‘approvisionnement, de conservation et de distribution du vaccin anti-covid19 dont 3 millions de doses seront livrées par Pfizer en janvier.

Le respect de la chaîne du froid

Un vaccin dont les conditions de conservation particulièrement exigeantes ne sont pas du ressort de tous les établissements de santé et autres distributeurs potentiels. Celui-ci se doit d’être entreposé à très basse température. Soit à -80°C. Et sa stabilité hors-congélation s’avère d’une durée limitée. Or, peu de PUI disposent de congélateurs adaptés. L’urgence s’impose, comme le relève Zaynab Riet, de définir une organisation logistique qui tienne compte de ces contraintes «depuis la réception des doses chez les grossistes-répartiteurs, lors de leur acheminement vers les établissements de santé, jusqu’aux populations ciblées».

Rapprocher les lieux de stockage des lieux de vaccination

« Pour une distribution dans l’impératif respect de la chaîne du froid, l’enjeu sera de rapprocher autant que possible le lieu de stockage de l’endroit où les patients se verront administrer le vaccin», explique Jean-François Husson, pharmacien à l’hôpital de Blois. Raison pour laquelle le gouvernement a déjà passé commande pour la fabrication en urgence d’une cinquantaine de ces "super-congélateurs" capables d’atteindre -87°C. Soit un par département. Ils feront office de "centres de stockage".

L’importance d’une planification territoriale

Pour le reste, l’organisation de cette vaccination interroge. A savoir: qu’en est-il de sa planification? Quelles seront les modalités de distribution du vaccin? Les établissements référents en charge des commandes? «Il nous faudrait avoir vite une idée de la stratégie adoptée par le gouvernement pour pouvoir réussir au mieux cette campagne de vaccination», souligne Zaynab Riet. La déléguée de la FHF insiste en outre sur «l’importance de planifier cette politique vaccinale à l’échelle territoriale», sous le pilotage des agences régionales de santé (ARS), via les groupements hospitaliers de territoire et les collectivités locales, et en lien avec les médecins de ville.
Dans cette attente, les responsables hospitaliers en appellent à une vigilance accrue de tous, malgré les indicateurs récents à la baisse, pour favoriser la reprise d’une activité hospitalière "normale" et repousser le risque d’une virulente troisième vague. 
Sophia Bouchour

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.