COVID-19 : les entreprises du médicament montent au front!

"Tous mobilisés !" Dans un communiqué diffusé ce 17 mars, les entreprises du médicament et leur organisation représentative, le Leem, marquent leur engagement dans la lutte contre le coronavirus par une mobilisation, en coordination avec les pouvoirs publics, sur deux fronts : la sécurisation des approvisionnements en médicaments et la recherche de solutions thérapeutiques.

"Tous mobilisés !" Dans un communiqué diffusé ce 17 mars, les entreprises du médicament et leur organisation représentative, le Leem, marquent leur engagement dans la lutte contre le coronavirus par une mobilisation, en coordination avec les pouvoirs publics, sur deux fronts : la sécurisation des approvisionnements en médicaments et la recherche de solutions thérapeutiques.
Face à l’accélération de la pandémie, l’industrie pharmaceutique, qui rassemble en France près de 100 000 collaborateurs, entend renforcer son soutien à l’effort national et faciliter la participation à la Réserve sanitaire, sur la base du volontariat, de ses collaborateurs médecins, pharmaciens ou diplômés en santé.
Une priorité absolue: assurer aux patients, à l’hôpital et en ville, la continuité d’accès aux médicaments qui leur sont indispensables.
Dès les premiers signaux d’alerte en provenance de Chine, les entreprises du médicament annoncent avoir pris les mesures nécessaires pour assurer la sécurité d’approvisionnement en médicaments sur le territoire français. "Le Leem est en contact permanent avec les autorités de santé pour leur transmettre toutes les informations relatives à l’origine des matières premières et aux risques de tensions associés aux mesures de confinement prises à l’étranger", est-t-il précisé.
Aucune pénurie n’est à déplorer à ce jour mais le Leem déclare suivre "avec une vigilance extrême" lla situation, qui peut évoluer en fonction de la durée de la crise sanitaire mondiale et de son rythme d’expansion. Les entreprises du médicament affirment surveiller en permanence leurs filières d’approvisionnement et se mobilisent sur l’identification des risques et les mesures à mettre en œuvre pour sécuriser l’approvisionnement du marché. Elles disposent généralement de sites de production back up en Europe pour leurs médicaments, ou ont des stocks pour faire face aux mesures de confinement.

Une course contre la montre pour des solutions thérapeutiques

En parallèle, les entreprises du médicament participent et soutiennent le développement de programmes de recherche en collaboration avec les autorités et les équipes académiques internationales afin d’accélérer le développement de thérapies, de diagnostics et de vaccins contre le Covid-19.
Les infectiologues testent actuellement plusieurs médicaments, notamment des molécules ayant déjà fait leur preuve pour d’autres maladies virales: antiviraux déjà utilisés contre le VIH/sida, antiviral ayant servi pour Ebola. En partenariat avec les autorités ou dans le cadre de consortium publics/privés de recherche, des entreprises ont annoncé le lancement de plusieurs programmes de développement de vaccins contre le nouveau coronavirus Covid-19. L’objectif est de fournir une séquence des gènes du virus pour permettre les tests cliniques en 16 semaines et de soutenir financièrement les programmes de recherche et développement sur les candidats vaccins.
En temps normal, le cycle de développement d’un vaccin prend plusieurs années. Toutefois dans le contexte actuel, les entreprises accélèrent le rythme de leurs recherches et raccourcissent les délais de mise au point. Elles collaborent avec les autorités de santé publique européennes et mondiales compétentes, notamment l’Union Européenne, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA) et les autorités de santé publique chinoises. Elles renforcent leurs actions dans le cadre de consortium publics/privés de recherche, telles que l’Initiative pour les médicaments innovants (IMI) et la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI).

Le soutien aux médecins et pharmaciens des entreprises qui rejoignent la Réserve sanitaire 

Le Leem salue l’engagement de tous les professionnels de santé qui luttent sans relâche, aux côtés des pouvoirs publics, pour endiguer la propagation du virus.
Dans le contexte d’accélération très rapide de la pandémie, le Leem et ses 260 entreprises adhérentes soutiennent sans réserve ceux qui, parmi les quelque 10.000 médecins et pharmaciens travaillant dans l’industrie pharmaceutique, décident de s’engager dans la réserve sanitaire pour augmenter la capacité d’intervention des services de santé et garantir à l’ensemble de la population la meilleure prise en charge possible.
Le Leem appelle enfin chaque Français, quel que soit son âge, à respecter scrupuleusement les consignes en vigueur pour lutter efficacement et collectivement contre la pandémie.
«Que ce soit dans le champ de la recherche d’une solution thérapeutique, dans la continuité d’accès aux médicaments pour tous les Français sur l’ensemble du territoire, ou au travers de la mobilisation inédite de leurs collaborateurs pour renforcer les équipes médicales en première ligne auprès des patients, les entreprises du médicament sont aux côtés du gouvernement pour mener cette bataille sanitaire d’une ampleur exceptionnelle», indique Frédéric Collet, président du Leem.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.