COVID-19 : les recommandations pratiques de la DGOS aux professionnels de santé

La Direction générale de l'Offre de soins rappelle qu'il est essentiel de conserver les capacités hospitalières pour les cas Covid les plus lourds.

La Direction générale de l’Offre de soins rappelle qu’il est essentiel de conserver les capacités hospitalières pour les cas Covid les plus lourds.
La DGOS donne ses directives pour tenir cette priorité "sans remettre en cause la prise en charge prioritaire d’autres patients non infectés. C’est pourquoi le rôle des professionnels de ville est primordial pour à la fois limiter la transmission virale au sein de la population, abaisser ainsi la pression sur le secteur hospitalier et permettre la continuité des dépistages et traitements nécessaires".

Les clés pour s’organiser

Afin de donner à tous, médecins comme paramédicaux, en ville et à l’hôpital, les clés permettant de s’organiser en conséquence, le ministère des Solidarités et de la Santé a collaboré avec les Conseils nationaux professionnels (CNP), les sociétés savantes, le CNUH et les ARS pour produire une série de recommandations pratiques traduisant la stratégie retenue pour cette 2ème vague épidémique. Celle-ci consiste à renforcer au maximum l’amont du secteur hospitalier ainsi que ses alternatives pour éviter toute hospitalisation non nécessaire,,et à fluidifier le suivi des patients hospitalisés entre séjours conventionnels ou programmés, soins critiques au sens large et soins de suite et de réadaptation (SSR).

En adéquation avec les derniers avis de la HAS

Les recommandations, qui intègrent les derniers avis de la haute autorité de santé (HAS) et du haut conseil de la santé publique (HCSP), couvrent la médecine de ville, la médecine d’urgence, l’hospitalisation conventionnelle et en soins critiques, les SSR. En plus de favoriser une meilleure articulation ville/hôpital, elles éclairent sur des mesures fortes comme:
le recours élargi à l’oxygénothérapie en dehors de l’hôpital, avec des critères stricts offrant toutes les garanties de sécurité ;
l’organisation des soins critiques avec le positionnement d’unités de soins intensifs Covid (« USI Covid ») dans la gradation des soins ;
la mise à disposition d‘outils pédagogiques sur les soins critiques pour les infirmiers et les aides-soignants ;
le soutien à la téléexpertise pour permettre à des médecins de recueillir l’avis de confrères experts à distance ;
la prise en compte de la dimension éthique dans la réorganisation des soins et les décisions individuelles concernant les patients.

Ces clés d’organisation doivent contribuer à la résilience de notre système de santé en répartissant mieux la charge en soins entre les professionnels de tous secteurs, qui combattent depuis des mois le coronavirus.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.