COVID-19 : Sanofi et GSK dans les starting-blocks pour la distribution d’un vaccin européen

La Commission européenne a signé un accord de précommande de 300 millions de doses du vaccin contre SARS-CoV-2 en cours de développement par Sanofi et GSK. Celui-ci pourrait être disponible dans le courant de l’année 2021.

La Commission européenne a signé un accord de précommande de 300 millions de doses du vaccin contre SARS-CoV-2 en cours de développement par Sanofi et GSK. Celui-ci pourrait être disponible dans le courant de l’année 2021.
L’Union européenne vient de franchir un pas décisif dans les discussions avec Sanofi-GSK, lui permettant d’envisager un contrat de réservation de 300 millions de doses du vaccin contre le SARS-CoV-2 que le laboratoire est en train de développer et qui sera produit sur le sol européen.
Ce futur contrat permettra à chaque Etat-membre de l’Union européenne de commander à des conditions avantageuses le vaccin, une fois que celui-ci aura apporté suffisamment de preuves de son efficacité et de l’absence d’effets secondaires.
Cet accord s’inscrit au cœur de la stratégie européenne de précommandes de vaccins contre la Covid-19. L’objectif étant le développement et la mise à disposition rapide de candidats vaccins sûrs et efficaces. Pour cela l’Union européenne accompagne la recherche menée par différents laboratoires, afin de maximiser les chances de trouver un vaccin sûr et efficace parmi ces divers candidats.

« Pour un accès juste et équitable aux vaccins »

« La France a été l’un des pays à l’origine de l’Alliance inclusive pour un vaccin. Elle est engagée aux côtés de ses partenaires européens pour soutenir un accès juste et équitable aux vaccins contre la Covid-19, dans les meilleures conditions de sécurité pour les populations », précise le communiqué de presse émis ce 18 septembre par le Gouvernement.

La stratégie européenne intervient en effet au bénéfice de la population de tous les Etats membres de l’Union, qui auront chacun la possibilité de commander des doses sur la base des différents accords.
Betty Mamane

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.