COVID-19 : Taxis et VTC gratuits pour les professionnels de santé en première ligne !

Conformément à l'annonce faite le 16 mars par le président de la République, le Gouvernement met en place des mesures pour faciliter sans frais les conditions de transport en taxis et VTC des professionnels hospitaliers, de ville et du secteur médico-social engagés dans la lutte contre le COVID-19.

Conformément à l’annonce faite le 16 mars par le président de la République, le Gouvernement met en place des mesures pour faciliter sans frais les conditions de transport en taxis et VTC des professionnels hospitaliers, de ville et du secteur médico-social engagés dans la lutte contre le COVID-19.
Les professionnels prioritairement concernés sont ceux connaissant une amplitude quotidienne ou hebdomadaire de travail notable, ceux qui sont affectés en cellule de crise, ceux qui travaillent dans des structures éloignées de leur domicile ou encore sans moyen de transport personnel ou en commun. De manière dérogatoire, ce dispositif pourra être ouvert aux étudiants qui participent à la prise en charge de patients.

Un service sans avance de frais

Concrètement, les personnels recensés bénéficient de ce service sans avance de frais, leurs établissements prenant le paiement des courses à leur charge sur présentation des factures. Chaque mois, ceux-ci adresseront à leur CPAM leur facture accompagnée des justificatifs individuels pour remboursement, selon un modèle de convention que la direction générale de l’offre de soins (DGOS) mettra très prochainement à disposition.
Il pourra également être fait appel, de manière complémentaire, à des plateformes VTC dans les zones urbaines denses.
Enfin, des mesures de soutien aux professionnels exerçant en ville, également en première ligne contre le Covid19, seront prochainement mises en place.
Le gouvernement salue la contribution du secteur à la lutte contre l’épidémie de covid-19 et tient à adresser un message d’encouragement et de remerciement à l’ensemble des professionnels du transport public et particulier de personnes pour leur engagement au service de la Nation. Il rappelle que cette mobilisation devra se faire dans le respect des mesures barrières d’hygiène et de distanciation sociale et des mesures sanitaires définies au niveau national.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.