COVID-19 : Tous mobilisés pour un soutien psychologique aux soignants !

Parce qu’il est urgent d’aider et de soutenir les soignants, l’association Soins aux Professionnels en Santé SPS (SPS ) propose son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique avec une écoute téléphonique par des psychologues et des téléconsultations ou consultations de psychologues, médecins généralistes et psychiatres via le réseau national du risque psychosocial. Un dispositif dont Réseau Hôpital & GHT est partenaire avec COVID19-Presse Pro et la MNH.

Parce qu’il est urgent d’aider et de soutenir les soignants, l’association Soins aux Professionnels en Santé SPS (SPS ) propose son dispositif d’aide et d’accompagnement psychologique avec une écoute téléphonique par des psychologues et des téléconsultations ou consultations de psychologues, médecins généralistes et psychiatres via le réseau national du risque psychosocial. Un dispositif dont Réseau Hôpital & GHT est partenaire avec COVID19-Presse Pro et la MNH.
Actuellement, tous les personnels soignants sont mobilisés dans la gestion de l’épidémie liée au COVID-19. Ils sont en première ligne, tant pour détecter le virus que pour soigner les personnes malades. Toute la population compte sur eux pour protéger sa santé et réaliser les soins qui s’imposent. En retour, il est primordial de soutenir et écouter ces professionnels sur-sollicités et en proie à l’inquiétude, de les accompagner pour qu’ils puissent mener à bien leur mission et travailler dans de bonnes conditions. Comme l’a déclaré le gouvernement le 14 mars dernier: «Nous devons aider, soutenir tous nos soignants, tous ceux qui contribuent aux soins, à l’hôpital comme en ville et en établissement. Tout sera mis en œuvre pour qu’ils puissent exercer leur métier».

Une plateforme accessible 24h/24 et 7j/7au 0 805 23 23 36 ou via l’appli Asso SPS

SPS a mis en œuvre, avec la plateforme nationale d’appel Pros-Consulte composée de 100 psychologues experts, une écoute, un soutien et une proposition de ré-orientation vers le réseau national du risque psychosocial. La plateforme est accessible 24h/24 et 7j/7, via le numéro vert  0 805 23 23 36 ou l’application mobile Asso SPS
Le dispositif adapté d’aide et d’accompagnement spécifique conçu par SPS comprend:
une écoute téléphonique par des psychologues avec réorientation via le numéro vert ou l’application mobile 
des téléconsultations ou consultations de psychologues, médecins généralistes et psychiatres via le réseau national du risque psychosocial.
Ce réseau national du risque psychosocial a été lancé par SPS grâce à ses trois partenaires, les réseaux Souffrance & Travail, le Service de Santé des Armées et Morphée. Il regroupe près de 1000 professionnels référents chargés de proposer une téléconsultation ou une consultation aux professionnels en santé. La liste départementale est accessible sur le site www.asso-sps.fr/reseau-national-du-rps. L’ensemble du réseau de psychologues, médecins généralistes et psychiatres est mobilisé à son plus grand e?ectif pour aider l’ensemble des professionnels en santé.
Pour qu’ils puissent assurer leur mission auprès de la population, tous les personnels soignants, sans exception, doivent connaître le dispositif SPS et notamment le numéro d’appel et l’application mobile Asso SPS.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.