CQFD, une coopération unique avec le CHU de Québec

Depuis 8 ans le CHU de Grenoble et celui de Québec ont monté un programme d'échanges autour de la santé de l'enfant et des nouvelles technologies de l'information soutenu par le consulat de France à Québec. Initiée en cardiopédiatrie, la communauté "CQFD" (Communauté Québec France Développement) s'est progressivement ouverte à de nouveaux échanges de pratiques professionnelles en Gynécologie Obstétrique, néonatologie et pneumologie pédiatrique avec de nouveaux experts. Un projet de recherche de cardiologie foetale entre les 2 centres est en cours d'élaboration.

Depuis 8 ans le CHU de Grenoble et celui de Québec ont monté un programme d’échanges autour de la santé de l’enfant et des nouvelles technologies de l’information soutenu par le consulat de France à Québec. Initiée en cardiopédiatrie, la communauté « CQFD » (Communauté Québec France Développement) s’est ouverte aux confrontations des pratiques professionnelles d’Outre-Atlantique en Gynécologie Obstétrique, néonatologie et pneumologie pédiatrique avec de nouveaux experts. Un projet de recherche de cardiologie foetale entre les 2 centres est en cours d’élaboration.

Les premières réalisations
Les CHU poursuivent le même but à travers la mise en place d’un pôle de référence régional en périnatalité et la construction du Centre Mère Enfant à Québec (ouvert en 2006) et celui de Grenoble qui va ouvrir ses portes à l’automne 2008 (Hôpital Couple Enfant). Chaque discipline possède un site web de diffusion des connaissances, vitrines des échanges accessible via le portail franco québécois : www.santedelenfant.org

En 2007, CQFD a signé une première nationale : un protocole d’échanges d’internes validant pour leur formation pédiatrique. Cette importante étape a été formalisée en 2006 par une signature entre les universités et les hôpitaux de Grenoble et Québec.
Une interne en pneumo-pédiatrie est donc partie en stage de 6 mois pour le Centre Mère Enfant du CHU de Québec et un autre doit lui succéder en cardiologie-pédiatrique dès septembre prochain. Un point réalisé tous les 2 mois par visioconférences permet à son équipe pédagogique grenobloise et québécoise de suivre les avancées de son stage et de son sujet de thèse

Au delà des pratiques professionnelles et des échanges universitaires, l’originalité de CQFD s’appuie sur une forte composante technologique. Le CHU de Grenoble dispose de compétences spécifiques en matière d’informatique medicale. Il est éditeur de logiciels informatiques gérant le dossier du patient et les grandes fonctions hospitalières (circuit du médicament, prescription, biologie, …) qui sont aujourd’hui déployés au CHU de Québec et bientôt au CHU de Casablanca.

Depuis le début de la collaboration en cardiopédiatrie, des visioconférences sont réalisées mensuellement entre les deux établissements afin d’exposer des cas difficiles d’enfants atteints de cardiopathies et dont la prise en charge complexe nécessite une expertise pointue. Depuis un an, les visioconférences intègrent les cardiologues du CHU de Marseille.

Cette collaboration France Québec, instaurée depuis 1999 avec le soutien du consulat de France à Québec, va fêter ses 9 ans au futur symposium de télésanté de Québec en 2008 lors festivités des 400 ans de la ville de Québec.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.