Création de l’unité de gériatrie d’entrées directes

Améliorer la prise en charge des patients âgés de plus de 75 ans à l’hôpital : c’est l’objectif fixé à l’Unité de Gériatrie d’Entrées Directes (UGED) ouverte depuis le 1er juin 2014 au CHRU de Nancy dans le cadre de son plan de refondation. Placée sous la responsabilité du Dr Lallia Braikia, au sein du service Gériatrie du Pr Athanase Benetos, l’UGED est située à l’hôpital Brabois adultes.
Améliorer la prise en charge des patients âgés de plus de 75 ans à l’hôpital : c’est l’objectif fixé à l’Unité de Gériatrie d’Entrées Directes (UGED) ouverte depuis le 1er juin 2014 au CHRU de Nancy dans le cadre de son plan de refondation. Placée sous la responsabilité du Dr Lallia Braikia, au sein du service Gériatrie du Pr Athanase Benetos, l’UGED est située à l’hôpital Brabois adultes. 
Mise au service des médecins généralistes, l’UGED est accessible via le réseau téléphonique Vill’Hôp* où ils peuvent joindre en direct un médecin  hospitalier gériatre senior qui répond à la prise en charge rapide pour un bilan programmé ou non d’un patient âgé. L’UGED évite à la personne âgée un passage inutile au Service d’Accueil des Urgences et des multi séjours à l’hôpital, susceptibles de fragiliser son état de santé.
Le séjour à l’UGED permet également d’optimiser la prescription médicamenteuse de la personne âgée souvent polypathologique et donc concernée par la polymédication. L’Unité permet une révision globale des traitements en définissant lesquels sont efficaces et réellement adaptés aux problèmes de santé pour, in fine, éviter les accidents liés à la prise des traitements. L’objectif est aussi d’améliorer la réponse apportée à domicile contre la douleur.  
L’UGED assure des bilans de santé courts, programmés ou non, pour des patients âgés : par exemple bilan de chutes, d’anémie, bilan de fatigue, de perte de poids, bilan avant des traitements lourds (chirurgie ou chimiothérapie)….  
L’UGED, qui compte 15 lits, vise une durée moyenne de séjour inférieure ou égale à 7 jours. Par ailleurs, le CHRU de Nancy centralise son activité de post-urgence pour tous les patients, âgés ou pas, au sein de son Unité de Post Urgences Polyvalentes (UPUP).  
Les personnes âgées de 75 ans et plus représentent 19 % des séjours de plus de 24h au CHRU de Nancy  ; le domicile et les urgences sont les principaux modes d’entrée pour les 85 ans et plus. Dans un contexte de vieillissement de la population, optimiser sa filière gériatrique en lien avec la ville et les structures d’amont et d’aval, est devenu un enjeu majeur pour l’établissement hospitalo-universitaire lorrain. Il ne s’agit plus de traiter de manière isolée une pathologie aiguë, mais de déterminer de façon pluridisciplinaire et centralisée par le médecin traitant, le parcours le plus adapté pour une pathologie chronique. Le CHRU de Nancy y apporte son expertise. C’est dans ce sens que l’établissement s’est engagé depuis juin 2013 dans l’expérimentation nationale PAERPA (parcours de santé des Personnes Agées En Risque de Perte d ‘Autonomie).  
*Vill’Hôp : mise en contact téléphonique immédiate et rapide des médecins de ville avec les seniors de la majorité des spécialités du CHRU de Nancy, qui se sont engagés à mettre tout en œuvre pour répondre dans les meilleurs horaires et délais.
Pour les médecins souhaitant en savoir plus sur Vill’Hôp : relations.partenaires@chu-nancy.fr ou  relations.partenaires.chu-nancy@medical54.apicrypt.org

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.