Création d’un Institut Régional Universitaire du Cancer en Bourgogne

Le CHU de Dijon et le Centre de Lutte contre le Cancer Georges-François Leclerc ont décidé de formaliser leur coopération par la création d'un Institut Régional Universitaire du Cancer en Bourgogne (IRUCB), juridiquement structuré sous la forme d'un Groupement de Coopération Sanitaire. La 1ère Assemblée Générale de l'IRUCB s'est tenue le 16 mars 2009. Le siège de l'Institut a été fixé au Centre Georges-François Leclerc. Pierre-Charles PONS, Directeur Général du CHU a été désigné administrateur du groupement pour une période de trois ans.

Le CHU de Dijon et le Centre de Lutte contre le Cancer Georges-François Leclerc ont décidé de formaliser leur coopération par la création d’un Institut Régional Universitaire du Cancer en Bourgogne (IRUCB), juridiquement structuré sous la forme d’un Groupement de
Coopération Sanitaire. La 1ère Assemblée Générale de l’IRUCB s’est tenue le 16 mars 2009. Le siège de l’Institut a été fixé au Centre Georges-François Leclerc. Pierre-Charles PONS, Directeur Général du CHU a été désigné administrateur du groupement pour une période de trois ans.

Dans la lignée de l’accord cadre passé entre les Fédérations nationales des CHU et des Centre de Lutte contre le Cancer, le Centre Hospitalier Universitaire de Dijon et le Centre de Lutte contre le Cancer Georges-François Leclerc ont engagé depuis plusieurs années une coopération approfondie dans le domaine de la cancérologie. Le GCS en est la concrétisation.

Faciliter, améliorer et développer les activités des deux établissements
Le CHU de le le Centre de Lutte contre le Cancer Georges-François Leclerc ont confié au Groupement de coopération sanitaire l’organisation générale du Pôle régional de référence en cancérologie. Il revient donc au GCS d’organiser le dispositif à même de garantir à tout patient, quel que soit le lieu de prise en charge initiale, l’accès aux activités de recours et d’innovation des deux établissements. Le GCS devra aussi faciliter l’accès à la recherche clinique pour l’ensemble des équipes régionales, augmenter le taux d’inclusion des malades dans les essais thérapeutiques et développer la recherche fondamentale et translationnelle.

Le GCS a également en charge l’organisation des activités d’enseignement en relation avec l’Université de Bourgogne, à savoir :
– la coordination générale des activités des deux établissements selon un dispositif favorisant la spécialisation des disciplines prises en charge par l’un et l’autre et leur complémentarité
– l’organisation du cadre d’intervention des professionnels des deux établissements de manière à permettre leur intervention sur l’un ou l’autre de chaque site pour assurer la permanence des soins et la continuité des activités,
– les échanges de prestations diverses dans le domaine des activités logistiques, techniques, médico-techniques,
– la gestion de moyens et activités communs comme par exemple l’Oncogériatie, l’Oncogénétique, le Centre d’Investigation Clinique, l’Imagerie fonctionnelle, la biologie moléculaire,

Le GCS sera l’outil de mise en oeuvre du Projet médical et scientifique commun élaboré par les professionnels des deux établissements en 2007 dans le souci d’organiser un développement coordonné des activités du CHU et du CGFL, de mutualiser les savoirs et savoir-faire, afin de mieux répondre aux besoins des patients et d’améliorer la qualité des prestations qui leur sont offertes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.