Création officielle de l’institut régional contre le cancer de Strasbourg

Le Centre de Lutte contre le Cancer (CLCC) Paul Strauss et le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg annoncent officiellement, la création d’un Institut Régional du Cancer. Grâce à cette alliance l’Alsace disposera en 2017 d’une offre de soins de 232 lits et places de cancérologie publique d’excellence, accessibles à tous. Un projet médico-scientifique de 91 millions d’euros encouragé et soutenu par l’Agence Régionale de Santé d’Alsace (ARS). A terme, 800 professionnels exerceront sur le site.

Le Centre de Lutte contre le Cancer (CLCC) Paul Strauss et le Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg annoncent officiellement, la création d’un Institut Régional du Cancer. Grâce à cette alliance l’Alsace disposera en 2017 d’une offre de soins de 232 lits et places de cancérologie publique d’excellence, accessibles à tous. Un projet médico-scientifique de 91 millions d’euros encouragé et soutenu par l’Agence Régionale de Santé d’Alsace (ARS). A terme, 800 professionnels exerceront sur le site.

La valeur ajoutée de l’IRC

– Le regroupement au sein d’une même institution, les équipes et les moyens techniques des deux établissements, en oncologie médicale, en hématologie, en oncobiologie, en radiothérapie ainsi que la chirurgie oncologique pratiquée au Centre Paul Strauss, associés aux plateaux techniques des spécialistes en imagerie médicale ;
– L’adhésion à une politique commune de lutte contre le cancer fondée sur la pluridisciplinarité, l’individualisation des traitements et le continuum recherche-soins – selon les préconisations du groupe UNICANCER qui regroupe les 20 centres le lutte français contre le cancer.
– Des interventions en coopération avec tous les acteurs de la cancérologie publique à Strasbourg et dans la région en lien avec le Cancéropôle Grand-Est et l’Université de Strasbourg.

L’IRC, un plus pour les patients

En concentrant sur un même site compétences humaines et équipements, l’Institut Régional du Cancer garantira une qualité de prise en charge du cancer parmi les meilleures de France et d’Europe. Ses atouts : un accès rapide et sûr aux examens et aux traitements innovants. Une architecture respectueuse de l’intimité et du bien-être du patient (patios, présences végétales, lumière du jour, espaces d’accueil, aménagement hôtelier des chambres…).
Sur le plan juridique La gestion de l’IRC est confiée à un Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) de droit privé, approuvé par l’Agence Régionale de Santé d’Alsace en date du 3 mai 2011. Institué en Etablissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif (ESPIC), autonome, le GCS sera titulaire de l’ensemble des autorisations d’activités et d’équipements lourds nécessaires à l’exercice de ses missions en cancérologie. Il est dirigé par un médecin cancérologue membre du GCS, élu par son assemblée générale – son premier administrateur est le Pr Patrick Dufour, élu le 4 novembre dernier. Sur le plan architectural Situé sur le site de Hautepierre, la construction de l’IRC est liée à celle du Plateau Médico-Technique et Locomoteur (PMTL) qui accueillera notamment les blocs opératoires et l’imagerie médicale utilisés par les équipes de l’IRC. Les deux bâtiments font l’objet d’une seule et même opération immobilière financée dans le cadre de Hôpital 2012.
Les plans sont signés par le cabinet d’architecture GROUPE 6,  lauréat du concours lancé en 2010 pour la pertinence et l’esthétique de leur projet. Le cabinet est associé aux bureaux d’études INGEROP et SOLARES BAUEN. La mise en service de l’IRC est prévu d’ici fin 2017.
La maîtrise d’ouvrage a été confiée aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

IRC, données repères

Environ 800 professionnels sur 25 352 m²
232 lits et places en médecine oncologique, en hématologie, en chirurgie oncologique, en surveillance continue médico-chirurgicale, en radiothérapie/curiethérapie en soins d’accompagnement de jour
Plateau technique
Département de radiothérapie avec 5 accélérateurs linéaires de particules,
1 bunker haut débit de dose,  1 scanner de centrage et 1 salle d’implantation
Service de médecine nucléaire avec 5 gamma caméras et 2 TepScan
Plan de financement du GIP
• Apport du Centre de Lutte contre le Cancer Paul Strauss :  20,9 M €
• Apport des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg :  11,9 M € (+ 9 M € terrain)
• Apport du GCS : 84 000 €
• Emprunts : 52,3 M €
Aide en capital Plan Hôpital 2012
• Attribuée au Centre Paul Strauss : 3,4 M €
• Attribuée aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg :  2,9 M €
Total. 91,5 M €
Plan Hôpital 2012
L’aide du Plan Hôpital 2012 est constituée :
• de l’aide en capital…………………..6,3 M €
• de l’aide en exploitation…………….26 M €
• soit un total de………………………32,3 M €

Pour en savoir plus le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.