Crozon-Brest : la connexion téléradiologique

Comment maintenir une réponse de proximité en imagerie conventionnelle pour la population de la presqu’île de Crozon et éviter de nombreux transferts sanitaires vers les pôles urbains de Brest et de Quimper ? Réponse : en implantant une antenne de téléradiologie à l’hôpital de Crozon. Une installation qui bénéficie à la fois du progrès en télémédecine et de la logistique du CHRU de Brest,

Comment maintenir une réponse de proximité en imagerie conventionnelle pour la population de la presqu’île de Crozon et éviter de nombreux transferts sanitaires vers les pôles urbains de Brest et de Quimper ? Réponse : en implantant une antenne de téléradiologie à l’hôpital de Crozon.
Une installation qui bénéficie à la fois du progrès en télémédecine et de la logistique du CHRU de Brest, garant d’un bon maillage territorial avec les établissements de sa Communauté Hospitalière de Territoire (CHT). L’antenne représente une économie importante pour l’assurance maladie puisqu’elle va contribuer à réduire notablement les déplacements de patients entre la presqu’île et les zones urbaines. 40 patients bénéficie chaque semaine de ces consultations. A titre indicatif, un transfert par ambulance Crozon Brest (60 km) coûte 365€, 120€ en VSL et au minimum 100€ en taxi soit une dépense à l’année située entre 400 000 et 773 000 euros.
Grâce à cet équipement les 18 000 habitants de la presqu’île de Crozon disposeront chez eux d’une imagerie courante. A raison d’une ouverture de 2 à 3 jours par semaine, les radiographies, prescrites par les médecins généralistes du canton, dans le cadre de leur activité libérale ou de leur activité au sein de l’hôpital, sont réalisées sur place par des professionnels d’imagerie médicale du CHRU de BREST (manipulateur en électroradiologie). Les clichés sont ensuite interprétés à distance par les radiologues du CHRU grâce à une liaison informatique.
La pénurie de médecins radiologues ne permettant plus d’assurer une présence physique généralisée sur tous les sites à desservir, le radiodiagnostic, apporte un service au plus près de la population – une solution parfaitement adaptée aux territoires éloignés des pôles urbains. 
 
Antenne de radiologie de Crozon – Données repères
Locaux : une salle de radiologie de 35m² en rez-de-chaussée.
Montant des travaux: 60 000€ dont 40 000€ financés par la mairie de Crozon.
Equipement : une table de radiologie avec un système de numérisation des images permettant le transfert des clichés vers le CHRU pour interprétation, pour un coût de 120 000€, auxquels s’ajoutent des frais liés à l’infrastructure informatique et au réseau.
Financement
L’ARS a alloué 244 000 euros de crédits pour accompagner l’acquisition d’un appareil de téléradiologie et un fonctionnement de ce service pendant 5 ans.
Ces crédits ont été alloués au CHU de Brest dans le cadre de la Communauté Hospitalière de Territoire Bretagne Occidentale qui regroupe 7 établissements publics sur le territoire de santé n° 1. Un engagement significatif qui correspond à l’orientation du Projet Régional de Santé de l’ARS Bretagne, de favoriser les soins de proximité.
Organisation médicale 10% du temps d’un radiologue est nécessaire pour interpréter les clichés en provenance de Crozon. Au regard du développement de la téléradiologie sur le territoire, de l’implication clinique croissante des radiologues, et de la nécessité de spécialisations dans certains domaines d’activité – neuroradiologie, radiologie interventionnelle – le CHRU envisage le renfort de son effectif de radiologues pour répondre aux besoins du territoire.
Le nombre de radiographies à réaliser sur Crozon est estimé à 40 examens / semaine. Il est susceptible d’augmenter si les patients vus en consultations externes, sont adressés par les médecins généralistes vers l’hôpital de Crozon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.