Cyberthérapie : la réalité virtuelle pour guérir des phobies

L’utilisation de la réalité virtuelle a fait ses preuves dans le traitement de troubles mentaux telles l'anxiété et les phobies mais qu'en est-il pour la peur des hauteurs ? Pour le savoir, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a lancé une étude à grande échelle en combinaison avec l'imagerie cérébrale. Une première en Europe !

L’utilisation de la réalité virtuelle a fait ses preuves dans le traitement de troubles mentaux telles l’anxiété et les phobies mais qu’en est-il pour la peur des hauteurs ? Pour le savoir, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a lancé une étude à grande échelle en combinaison avec l’imagerie cérébrale. Une première en Europe ! D’autres recherches sont conduites sur l’efficacité de la réalité virtuelle et le sevrage tabagique, la claustrophobie, l’anxiété chronique, le stress post-traumatique, la dépression faisant de Marseille un centre leader de la technologie immersive appliquée à la thérapie cognitivo-comportementale.
La partie médicale de l’étude est coordonnée par le Dr Eric Malbos, spécialiste des  thérapies par exposition à la réalité virtuelle (TERV) au sein du pôle psychiatrie de l’hôpital de la Conception (AP-HM) dirigé par le Pr Lançon. Cette recherche est menée en collaboration avec l’Institut des sciences du mouvement.
Exposition progressive aux environnements virtuels
Pour étudier la peur des hauteurs, appelée communément « vertige » ou scientifiquement « acrophobie »,  le service de psychiatrie du Pr Lançon utilise le centre de réalité virtuelle de la Méditerranée (CRVM) en collaboration avec Daniel Mestre de la faculté des sciences de Luminy (CNRS, AMU, Institut des sciences du mouvement). Cette  plateforme technologique  de réalité virtuelle constituée d’une immense pièce de 27m3 comportant quatre écrans géants (le CAVE) est dédiée à l’étude du comportement humain en situation immersive.

Le Dr Eric Malbos dirige la partie médicale de cette étude clinique inédite : «  équipé de lunettes 3D et de capteurs, dans une pièce spéciale entourée de murs d’images très réalistes de 4 mètres de haut, le patient est plongé en totale immersion dans l’univers qu’il redoute (balcon, montagne, canyon…) ». Le patient interagit en temps réel avec des environnements virtuels créés par ordinateur. A l’aide du thérapeute, il va pouvoir affronter ces situations anxiogènes de façon progressive et contrôlée. «Nous allons évaluer les effets de la réalité virtuelle sur l’activité cérébrale dans le traitement de la peur des hauteurs, en complément des thérapies comportementales et cognitives déjà utilisées pour traiter les phobies », poursuit le Dr Malbos. « Grâce au Pr Guedj et au service d’imagerie nucléaire, en exploitant le TEP scan et l’IRMf, nous allons pouvoir mesurer scientifiquement -après les 8 séances programmées-, les progrès réalisés dans ces environnements hyperréalistes conçus sur mesure pour les patients acrophobes ».
D’autres études en réalité virtuelle et psychiatrie sont coordonnées par le service du Pr Lançon (service de psychiatrie universitaire, hôpital de la Conception) :
En cours                                                                                                              
– Une étude sur l’efficacité de la réalité virtuelle dans le sevrage tabagique. Des patients se baladent dans des restaurants virtuels, des bars 3D, des lieux de travail en synthèse pour mieux gérer leur envie de cigarette.
– Une étude sur l’efficacité de la réalité virtuelle sur  la claustrophobie et l’acrophobie (peur des hauteurs) avec un logiciel très réaliste et un casque qui sera disponible dans le commerce pour tous les praticiens et le public.
– Une étude sur l’optimisation de la relaxation par la réalité virtuelle pour les inquiets chroniques. Le patient apprend à se relaxer dans des environnements virtuels apaisants : plage tropicale 3D, feu de camp en forêt virtuel, coucher de soleil, etc.
Démarrage en mars 2016
– Une étude sur l’efficacité de la réalité virtuelle en tant qu’outil d’évaluation pour  le stress post traumatique chez les soldats français vétérans de la guerre d’Afghanistan avec l’hôpital inter-armée  Sainte Anne à Toulon. Un véritable Afghanistan virtuel a été reconstitué avec des évènements de choc comme des accrochages.
– Une étude sur l’efficacité de la réalité virtuelle sur la dépression résistante avec TMS (stimulation magnétique transcranienne). En plus de voir des paysages 3D émotionnellement agréables comme des vallées fleuries, des déserts de silence au moment du coucher de soleil, le patient bénéficie de l’utilisation de champ magnétique à haute fréquence pour stimuler son cerveau et modifier son humeur
Demain, la révolution du média pour tous
Dans quelques mois les casques de réalité virtuelle vont être commercialisés massivement pour le grand public. Le point essentiel est donc la rupture majeure du média qui est imminente.  Oculus (racheté par Facebook pour 2 milliards de dollars), HTC, Sony et Samsung sont dans la course. Ainsi chacun va pouvoir  acquérir un visiocasque comme un téléviseur en son temps et être immergé dans des environnements virtuels très prenants dans lesquels l’utilisateur est libre se balader et de créer comme dans la réalité.  Cela va probablement engendrer des bouleversements dans notre société, surtout pour la nouvelle génération.
Les applications sont nombreuses pour le jeu, l’art et la possibilité d’explorer ses propres créations, l’ingénierie, la pédagogie, les cours immersifs et enfin notre domaine : la psychiatrie et le traitement des troubles mentaux.  " la réalité virtuelle va amplifier considérablement l’imagination et l’intelligence humaine », se réjouit le Dr Eric Malbos. "Nous sommes à la veille d’un changement de paradigme".
L’utilisation de la cyberpsychologie et de ce nouveau média immersif  va modifier durablement notre société et sa population et va soulever des questions psychiatriques, scientifiques, artistiques et philosophiques sur la transformation qu’il va opérer sur l’homme et son imagination sans limites.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.