Daniel Moinard dénonce les mensonges de la FHP

Vivement choqué par les accusations portées le 26 janvier 2012 par la Fédération de l'Hospitalisation Privée sur la gestion des hôpitaux publics, et particulièrement sur les Hospices Civils de Lyon (HCL), Daniel Moinard, Directeur général des HCL, a riposté dès le lendemain en tenant une conférence de presse. Il s’insurge vivement contre les propos tenus "visant à déqualifier les hôpitaux publics" et déplore "la tonalité générale manifestement agressive et polémique de la démarche engagée par la FHP ainsi que les diverses contrevérités qui ont été énoncées sur le système public hospitalier".

Vivement choqué par les accusations portées le 26 janvier 2012 par la Fédération de l’Hospitalisation Privée sur la gestion des hôpitaux publics, et particulièrement sur les Hospices Civils de Lyon (HCL), Daniel Moinard, Directeur général des HCL, a riposté dès le lendemain en tenant une conférence de presse.
Il s’insurge vivement contre les propos tenus "visant à déqualifier les hôpitaux publics" et déplore "la tonalité générale manifestement agressive et polémique de la démarche engagée par la FHP ainsi que les diverses contrevérités qui ont été énoncées sur le système public hospitalier".

Sur la situation financière

Contrairement à ce qui a été affirmé, Daniel Moinard rappelle que les Hospices Civils de Lyon ne cumulent pas chaque année 100 M€ de déficit. Tout au contraire, l’établissement est engagé dans une politique de redressement de ses équilibres financiers sans précédent assise sur des
réorganisations et restructurations profondes et ambitieuses. Ainsi, alors que le déficit des HCL s’élevait à 86 M€ fin 2008, le budget consolidé est en excédent fin 2011 et l’établissement amorce son désendettement.

Sur la politique immobilière

Il rappelle que les Hospices Civils développent depuis 2008 une stratégie de gestion très active
de leur patrimoine privé. En 2011 comme en 2012, les cessions d’actifs immobiliers représentent 40 M€. Ces sommes permettent :
1/ de financer des investissements pour rénover l’offre hospitalière des HCL et éviter le recours à l’emprunt,
2/ de rénover le parc de logements à destination du personnel (logements proposés avec des tarifs préférentiels)
3/ de nous désendetter

Sur la dette

Daniel Moinard rappelle qu’elle était certes importante à fin 2010 (922 M€) mais liée à des investissements très lourds (plus de 950 M€) réalisés ces dernières années et qui ont permis de rénover plus de la moitié des lits en 5 ans. La dette a été stabilisée en 2010 et amorce sa décrue en 2011.
En conclusion, Daniel Moinard rappelle que l’hôpital public est un service public ouvert 24h sur 24, 365 jours par an et qu’il prend en charge des patients de tous horizons, de toutes origines et de toutes conditions financières sans discrimination ni sélection.
Il souligne également que l’hôpital public prend en charge les patients les plus lourds, précisément ceux que le secteur privé refuse d’assumer. Enfin, il déplore tout particulièrement les propos tenus qui sont autant d’attaques vis-à-vis des personnels hospitaliers qui oeuvrent chaque jour pour assurer les missions du service public hospitalier et qui acceptent des modifications profondes de leurs organisations de travail pour faire face aux contraintes économiques qui pèsent sur l’établissement.
Lors de la conférence de presse tenue le 27 janvier au siège des HCL, Daniel Moinard, Directeur général, a réaffirmé que "l’hôpital public est en train de se restructurer considérablement. Il reprend du terrain, devient davantage concurrentiel et les acteurs du privé s’en inquiètent". Il a également souligné les fondements mêmes de la mission de service public des CHU : "A l’hôpital public, quand un patient arrive, on ne lui demande pas sa carte bleue. On lui demande sa carte vitale".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.