D’ASH à cadre supérieur de santé infirmier : l’itinéraire de Mme Lerda

« Le CHU de Nice, c'est ma seconde famille ». Anny Lerda lui a consacré sa carrière commencée en 1962. Et si la retraite l'oblige à tourner la page, l'infirmière sortie du rang pour devenir cadre supérieur de santé, souhaite transmettre aux plus jeunes son témoignage, raconter le chemin parcouru. Combien l'hôpital s'est modernisé sur le plan médical et combien l'hôpital s'est amélioré sur les conditions de travail du personnel.

« Le CHU, c’est ma seconde famille ».Anny Lerda lui a consacré sa carrière commencée en 1962. Et si la retraite l’oblige à tourner la page, l’infirmière sortie du rang pour devenir cadre supérieur de santé, souhaite transmettre aux plus jeunes son témoignage, raconter le chemin parcouru. Combien l’hôpital s’est modernisé sur le plan médical et combien l’hôpital s’est amélioré sur les conditions de travail du personnel.
Son premier salaire : 50.000 F de l’époque (500 F). « On était payé en espèces raconte-t-elle non pas par virement bancaire, et chaque début de mois, pour récupérer sa paie ainsi que le bordereau de salaire, il fallait faire la queue au guichet de Pasteur ! »

« J’ai connu les heures à rallonge, le matériel qu’on réutilisait après lavage, les aiguilles qu’on faisait bouillir, les plateaux stérilisés à la flamme et les repas servis à la louche. Il n’y avait qu’un seul cahier de transmission. Aujourd’hui, chaque patient dispose de son dossier de soins infirmiers. Comme toutes les nouvelles technologies, la stérilisation, l’anesthésie, la chirurgie ont progressé. L’ambulatoire évite les séjours inutiles.
En gérontologie, on a instauré les consultations pluridisciplinaires prenant en charge les pathologies de la vieillesse. Sans même parler des locaux rénovés, ni de la 5e semaine de congés. C’est le jour et la nuit. »

Une révolution que Mme Lerda a vécu pleinement :« J’ai débuté au plus bas de l’échelle, comme agent de service hospitalier (ASH). Nous sommes une famille d’hospitaliers. Ma mère travaillait déjà comme aide-soignante. Mes trois soeurs ont suivi ainsi que mes enfants. »

Carrière, bien remplie ! Infirmière en réanimation respiratoire, en chirurgie viscérale, en traumatologie, elle est nommée surveillante enseignante à l’Ecole d’aide-soignante. Elle participe aux formations des agents redéployés (BIH, garage, cuisine etc).
Ensuite, elle est affectée en Gérontologie avant de devenir surveillante-chef dans le service du professeur Cassuto.

« Les années sida. Une expérience terrible avec tous ces jeunes qui mourraient, les mères inconsolables qu’il fallait soutenir, mais aussi quelle leçon sur la vie.

Mme Lerda a rédigé un mémoire pour son diplôme universitaire de psycho-oncologie et l’a intitulé « La place de la spiritualité dans les soins palliatifs ».
« Mon DU, je le dois à tous les patients qui m’ont appris à aller à l’essentiel, à relativiser, à apprécier les petits bonheur qui jalonnent notre quotidien. Dire que nous étions heureux et que nous ne le savions pas ».

De retour en gérontologie, c’est dans le service du Dr Pras que Mme Lerda termine sa carrière hospitalière, le 10 juin 2003.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.