De l’accueil des enfants en danger à la continuité des soins

L'Unité d'Accueil des Enfants en Danger du CHU de Nantes organise les 6 et 7 juin 2005, deux journées sur le thème de la prise en charge des enfants maltraités.

L’Unité d’Accueil des Enfants en Danger du CHU de Nantes organise les 6 et 7 juin 2005, deux journées sur le thème de la prise en charge des enfants maltraités.

Chaque journée sera ponctuée d’interventions en séances plénières, suivie de discussions réunissant des intervenants de différentes institutions (police, justice, gendarmerie, Conseil Général…) afin de faciliter le dialogue et le travail de terrain.
L’objectif de ces rencontres pluridisciplinaires est de favoriser la création d’un véritable réseau inter-institutionnel afin de pouvoir se concerter rapidement et d’établir un projet de soins autour d’une situation d’enfant en danger. Un autre objectif sera de s’interroger sur la possibilité d’une harmonisation des pratiques sur les différents hôpitaux des Pays de Loire.

Ces journées se dérouleront sous la présidence du Docteur Gilles FORTIN, pédiatre neurologue à l’hôpital Sainte Justine de Montréal et l’un des responsables de la protection de l’enfance du Québec.
Trois autres invités de prestige seront présents : le Docteur Jean LABBE, pédiatre intervenant également dans la protection de l’Enfance au Québec, le Docteur Marianne CALFISCH, pédiatre en Suisse et Madame RAPOPORT, psychologue.

Principaux thèmes abordés :
· Violences à enfants, de la lésion au mécanisme : représentation de la violence (bébés secoués, ecchymoses et fracture avant l’âge de la marche…)
· Accueil d’urgence : des compétences locales au service du projet de soins (consultation médico-psychologique, place du juge pour enfant dans la prise en charge de l’enfant maltraité, service d’accompagnement familial au foyer départemental de l’enfance…)
· Accueil des enfants en danger et de leur famille à l’hôpital : échange sur les pratiques (structures hospitalières de pédiatrie sociale, la protection de l’enfance au Québec et en Suisse…)

En France, les mauvais traitements à enfants sont majoritairement, depuis des années, marqués par la violence, les privations et les négligences.

L’Unité d’Accueil des Enfants en Danger (UAED) du CHU de Nantes reçoit, depuis sa création en 2000, des enfants ayant subi toutes formes de maltraitance, que ce soit des violences physiques ou psychologiques, des négligences graves ou des abus sexuels. Cette activité se fait directement en collaboration avec le service des urgences pédiatriques et permet d’assurer un accueil 24h sur 24 en collaboration avec les services d’hospitalisation de l’Hôpital Mère et Enfant. Au cours de l’année 2004, 185 consultations ont été réalisées et 50 signalements judiciaires ont été faits.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.