De très bons résultats pour le CIC biothérapie

La Dhos et l'Inserm ont donné un avis favorable au renouvellement du centre d'investigation clinique (CIC) intégrée en biothérapie pour un nouveau mandat quadriennal et lui ont attribué la note A+.

La Dhos et l’Inserm ont donné un avis favorable au renouvellement du centre d’investigation clinique intégrée (CIC) en biothérapie pour un nouveau mandat quadriennal et lui ont attribué la note A+.

Le CIC biothérapie, créé en 2005, propose une offre globale allant du biodiagnostic au biomédicament en assurant une continuité entre recherche fondamentale, translationnelle et recherche clinique. Il  associe chercheurs, cliniciens et industriels autour du suivi d’un protocole issu de la recherche et de l’industrie, qui s’oriente vers la production de produits thérapeutiques à visée humaine. il rassemble en un même lieu  cellule méthodologique, cellule de monitorage biologique,  plateforme de transfert vers la clinique, unité de thérapie cellulaire et génique pour la production de médicaments cellulaires et chambre de thérapie génique, le tout dans l’environnement immédiat des chercheurs et cliniciens ce qui est une situation unique en France.

La commission d’évaluation a ainsi souligné l’excellence du projet, des résultats acquis, du rayonnement et de l’intégration au sein des activités cliniques de recherche du CHU associées à des collaborations industrielles. Enfin, elle a donné la note de A+ pour l’originalité et la qualité des projets développés et la compétence de l’équipe.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.