Débat éthique autour de la procréation médicale assistée

Quel sens donner au progrès médical ? Pour préparer la troisième révision de la loi de bioéthique des états généraux sont organisés dans toute la France. Le CHU de Tours, en partenariat avec l'espace éthique et l'Unaf (Union Nationale des Associations Familiales) de la région Centre convie les tourangeaux à une réflexion participative associant experts, philosophe, professionnels de santé et citoyens sur le thème de la procréation médicale assistée (AMP), le mercredi 17 juin à 20h30 dans l'Amphi A de la faculté de médecine de Tours.

Quel sens donner au progrès médical ? Pour préparer la troisième révision de la loi de bioéthique des états généraux sont organisés dans toute la France. Le CHU de Tours, en partenariat avec l’espace éthique et l’Unaf (Union Nationale des Associations Familiales) de la région Centre convie les tourangeaux à une réflexion participative associant experts, philosophe, professionnels de santé et citoyens sur le thème de la procréation médicale assistée (AMP), le mercredi 17 juin à 20h30 dans l’Amphi A de la faculté de médecine de Tours.

Faut-il élargir les conditions d’accès à l’AMP aux demandes particulières : âge de la femme, obligation de vie commune, accès aux femmes célibataires ou homosexuelles ? Faut-il autoriser la gestation pour autrui ? Les principes de gratuité et d’anonymat vont-ils toujours prévaloir pour les dons d’éléments du corps humain ? questionne le Docteur Claire Barthélémy, médecin biologiste au CECOS du CHRU de Tours.
De son côté le philosophe Maël Lemoine s’interroge sur les répercussions psychologiques de l’application de ces techniques sur l’enfant, les parents, la société ? Doit-on parler d’évolution ou de confusion du statut de la parentalité ? Quel est le statut des embryons qui ne font pas l’objet d’un désir parental ? Qui aurait le droit de recourir à ces techniques ? Faut-il élargir les techniques de procréation assistées autorisées, médicales à la gestation ou procréation pour autrui, lavitrification des ovocytes…? Accorde-t-on à l’enfant né le droit de connaître ses origines ?

Que faut-il autoriser ou interdire et au nom de quoi ? Sur quels principes généraux doit-on s’accorder ? Les réponses ne relèvent pas du champ médical mais renvoient à un choix de société, d’où l’intérêt d’organiser une large concertation avec la société civile avant d’édicter de nouvelles règles.

Définition : l’assistance médicale à la procréation recouvre l’ensemble des pratiques susceptibles d’aider à accomplir un désir d’enfant dans les situations d’infertilité.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.