Décès du Dr Bruno Joly : hommage à une grande figure des urgences

Le CHU de Toulouse rend hommage au Dr Bruno Joly, anesthésiste-réanimateur, disparu à l'âge de 54 ans dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 décembre 2017 après plus de 30 ans de service au Samu 31.
Le CHU de Toulouse rend hommage au Dr Bruno Joly, anesthésiste-réanimateur, disparu à l’âge de 54 ans dans la nuit du mercredi 27 au jeudi 28 décembre 2017 après plus de 30 ans de service au Samu 31.
«Bruno a été un très grand médecin qui mérite tout notre respect.» C’est en ces termes que ses collègues du SAMU 31 et du CHU de Toulouse lui ont rendu hommage. La communauté hospitalière présente à sa famille, à ses proches, à ses amis et à tous ses collègues ses sincères condoléances.
Bruno Joly a fait toute sa carrière d’anesthésiste-réanimateur dans le cadre du SAMU 31, où il a découvert la médecine d’urgence au cours d’un stage. Après son internat en 1989, il exerce les fonctions de chef de clinique de 1992 à 1994 en anesthésie-réanimation et est nommé praticien hospitalier en 1994.

Un expert dévoué aux urgences et à la médecine de catastrophe

Exceptionnellement doué pour la réalisation des gestes techniques, de nombreux malades et blessés lui doivent d’avoir évité une mort prématurée et imméritée. Il défend ses convictions d’urgentiste et contribue au développement de la médecine de catastrophe. Le 21 septembre 2001, il est l’un des premiers sur les lieux de l’explosion de l’usine AZF et outre le fait de prodiguer des soins de très grande qualité, il montre une empathie remarquée pour les patients en détresse et les sinistrés.
Bruno Joly se consacra également à la médecine humanitaire auprès de Médecins du Monde et d’une équipe médico-chirurgicale, en particulier, au Cambodge. Il fut présent lors de plusieurs catastrophes comme en ex-Yougoslavie, au Pakistan, en Haïti, au Cachemire.
Sa disparition endeuille le monde de la médecine d’urgence.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.