Décès du Professeur Christophe Barrat, les précisions de l’AP-HP

Le décès du Professeur Christophe Barrat, le chirurgien bariatrique à l'hôpital Avicenne, survenu le 3 février dans des circonstances tragiques a soulevé une vive émotion. Plusieurs posts et articles mettent en cause l'AP-HP pour avoir pour avoir violé le secret médical. Face à la tourmente, Didier Frandji, Directeur Hôpitaux Universitaires Paris Seine Saint Denis, Pr Nathalie Charnaux, Directrice et Doyen de la Faculté Santé, médecine et biologie humaine et le Pr Yves Cohen, Président de la Commission médicale d’établissement locale viennent de cosigner un communiqué. Ils reviennent sur le message qu'ils ont diffusé, en concertation avec son épouse.
Le décès du Professeur Christophe Barrat, le chirurgien bariatrique à l’hôpital Avicenne, survenu le 3 février dans des circonstances tragiques a soulevé une vive émotion. Plusieurs posts et articles mettent en cause l’AP-HP pour avoir  pour avoir violé le secret médical. Face à la tourmente, Didier Frandji, Directeur Hôpitaux Universitaires Paris Seine Saint Denis, Pr Nathalie Charnaux, Directrice et Doyen de la Faculté Santé, médecine et biologie humaine et le Pr Yves Cohen, Président de la Commission médicale d’établissement locale viennent de cosigner un communiqué. Ils reviennent sur le message qu’ils ont diffusé, en concertation avec son épouse.
Tous trois regrettent "d’avoir à s’exprimer publiquement et de sortir du recueillement plus opportun en cette période de deuil." Toutefois, au vu des circonstances et en plein accord avec la famille du Professeur Christophe Barrat, ils tiennent à apporter les précisions suivantes : "nous avons fait référence, dans le message diffusé au sein du groupe hospitalier et des instances de l’AP-HP,  à l’état de santé du Professeur Christophe Barrat afin, selon l’expression même de son épouse, « d’apporter un éclairage au geste de son mari ». Nous n’avons donc en rien rompu le secret médical mais avons été autorisés à porter cet élément à la connaissance de  notre communauté selon la  volonté et le plein accord de la seule personne légitime à nous délier de ce secret : son épouse, qui a validé ce message avant qu’il soit diffusé. "
Concernant le rôle et la place du Professeur Christophe Barrat au sein de l’établissement, les responsables rappellent que le chirurgien bariatrique "disposait de l’entière confiance et du plein soutien de la gouvernance du Groupe Hospitalier Universitaire  que nous représentons et nous avions décidé collégialement de lui confier de nouvelles responsabilités, ce dont il était parfaitement informé et ce pourquoi il nous avait encore  très récemment exprimé sa satisfaction."
Des enquêtes sont en cours qui doivent se dérouler dans la plus grande objectivité.
Exprimant leur "pleine solidarité et leurs sincères condoléances" à son épouse, ses deux enfants et ses proches, ils souhaitent que chacun respecte leur douleur  alors que "se prépare la cérémonie d’hommages et d’adieux au Professeur Christophe Barrat".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.