Dèces d’un enfant , l’AP-HP s’associe à la douleur de la famille

Un enfant admis à l'hôpital St Vincent de Paul de Paris est décédé le mercredi 24 décembre 2008 en début de soirée malgré les soins qui lui ont été prodigués, par les équipes de réanimation. L'Assistance Publique – Hôpitaux de Paris et les équipes concernées de l'hôpital St Vincent de Paul, très affectées par cet accident dramatique, s'associent pleinement à la douleur de la famille de l'enfant et mettent tout en oeuvre pour comprendre les causes du décès. Les journalistes ont été conviés à un point presse, vendredi 26 décembre 2008.

Un enfant admis à l’hôpital St Vincent de Paul de Paris est décédé le mercredi 24 décembre 2008 en début de soirée malgré les soins qui lui ont été prodigués, par les équipes de réanimation. L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris et les équipes concernées de l’hôpital St Vincent de Paul, très affectées par cet accident dramatique, s’associent pleinement à la douleur de la famille de l’enfant et mettent tout en oeuvre pour comprendre les causes du décès. Les journalistes Les journalistes ont été conviés à un point presse, vendredi 26 décembre 2008.

Deux enquêtes sont actuellement en cours, diligentées respectivement par la police, à la suite du dépôt de plainte de la famille de l’enfant, et par la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales de Paris, à la demande de la Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, et de la Vie associative. Par ailleurs, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris diligente un audit interne.

Seules les conclusions de ces enquêtes permettront d’établir avec certitude les causes exactes du décès. Néanmoins, l’AP-HP est d’ores et déjà en mesure de préciser que :
L’encadrement médical et paramédical du service de pédiatrie générale de l’hôpital St Vincent de Paul était parfaitement adapté l’après-midi du 24 décembre (pour 11 patients à 19h00 dans le service, étaient présents un cadre puéricultrice, 3 infirmières dont une infirmière puéricultrice, 3 aides-soignantes et un agent hospitalier).
Aussitôt que la dégradation de l’état de santé de l’enfant a été constatée, les équipes de réanimation ont été alertées. Elles sont intervenues immédiatement et ont mis en oeuvre tous les traitements et manoeuvres nécessaires à la prise en charge de l’enfant.
L’AP-HP a désigné, comme elle le fait habituellement, un avocat, pour assurer la défense de l’infirmière mise en cause dans l’exercice de ses fonctions.

En tout état de cause, conformément à sa politique habituelle, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris assumera l’ensemble de ses responsabilités dans ce drame douloureux.

Un point presse a été organisé vendredi 26 décembre 2008 en présence de Monsieur Dominique Giorgi, Secrétaire Général de l’AP-HP, du Professeur Pierre Carli, responsable médical du Samu de Paris et de Madame Roselyne Vasseur, coordinatrice générale des soins, groupe hospitalier Cochin Saint Vincent de Paul (AP-HP)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.