Décloisonnement du système de santé régional : l’IRM 1,5 Telsa

Le Groupement d'Intérêt Economique (G.I.E) IRM "le Truel", inaugure le 1er juillet 2008 son IRM sur le site de l'hôpital Saint-Eloi. Ce nouvel équipement à 1,5 Telsa fédère un réseau de compétences et de référence régionale dans le domaine des explorations IRM en cancérologie et en pathologie abdominale et digestive dans l'intérêt des patients de l'agglomération de Montpellier. Le G.I.E IRM "le Truel" rassemble les équipes privées et publiques issues du CHRU de Montpellier, du centre anticancéreux Val d'Aurelle, et de 99 radiologues libéraux de l'Hérault soit au total plus de 110 professionnels.

Le Groupement d’Intérêt Economique (G.I.E) IRM « le Truel », inaugure le 1er juillet 2008 son IRM sur le site de l’hôpital Saint-Eloi. Ce nouvel équipement à 1,5 Telsa fédère un réseau de compétences et de référence régionale dans le domaine des explorations IRM en cancérologie et en pathologie abdominale et digestive dans l’intérêt des patients de l’agglomération de Montpellier. Le G.I.E IRM « le Truel » rassemble les équipes privées et publiques issues du CHRU de Montpellier, du centre anticancéreux Val d’Aurelle, et de 99 radiologues libéraux de l’Hérault soit au total plus de 110 professionnels.

La volonté d’ouverture du CHRU de Montpellier
Cette coopération nouvelle entre radiologues du public et du privé répond au souci de travailler ensemble, de partager des moyens, des ressources et des compétences, et ouvre la voie au décloisonnement du système de santé régional. Les radiologues libéraux, du CHRU de Montpellier, et du Centre Anticancéreux Val d’Aurelle, se partageront le temps d’activité quotidienne avec des règles de travail identiques dans un souci de partage des compétences spécifiques. Concrètement, le G.I.E. IRM  » Le Truel », loue au CHRU de Montpellier des locaux spécialement aménagés dans le service d’imagerie Médicale de l’Hôpital Saint-Eloi; ces locaux indépendants du reste du service d’Imagerie de l’Hôpital permettront au G.I.E. IRM » Le Truel » d’assurer en toute autonomie son activité d’imagerie diagnostique.

L’aménagement des locaux, et des systèmes nécessaires au bon fonctionnement de la machine, a coûté 680 000 € au CHRU, qui amortira cet investissement sur 10 ans par les revenus locatifs que lui verse le GIE.

L’IRM 1,5 Telsa
Les partenaires ont choisi une IRM de haut champ qui répond aux dernières innovations techniques développées en cancérologie, imagerie viscérale. Cette IRM de dernière génération, fournie par la société Siemens permet, notamment la réalisation d’IRM corps entier très utile dans le bilan d’extension de certains cancers. L’innocuité et la richesse des informations fournie par l’IRM sont à l’origine de son expansion dans tous les domaines la médecine. Il est devenu un outil indispensable à la médecine moderne et plus particulièrement dans le domaine de la cancérologie, qu’il s’agisse du dépistage du cancer, ou du bilan nécessaire au choix du meilleur traitement lorsque celui est avéré.

Lors de la mise en place du plan cancer, lancé par Jacques Chirac, l’objectif était de faire en sorte que tout malade puisse bénéficier dans les 15 jours d’une IRM. Malheureusement, le nombre d’appareil d’IRM en France reste insuffisant malgré les efforts accomplis ces dernières années d’autant que les indications d’examens IRM ont été élargies. De plus d’importantes disparités régionales.

La création du G.I.E. IRM « Le Truel » permettra donc de réduire significativement les délais d’attentes, dans le domaine de la cancérologie en particulier. Ainsi, pour les pathologies digestives comme le cancer digestif, le délai devrait passer de 5 semaines à 2 semaines.

Le nombre de patient pris en charge par la structure est estimé à 6500 personnes la première année, pour une monté en charge progressive avec un objectif de 8000-9000 patients par an en routine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.