Découverte d’un nouveau variant du VIH

Un nouveau variant des virus de type 1 de l'Immunodéficience Humaine et dénommé HIV-1 groupe P vient d'être caractérisé par l'équipe du Pr Jean-Christophe Plantier du CHU-Hôpitaux de Rouen en collaboration avec l'Université de Manchester (Royaume-Uni – Dr David Robertson) et l'hôpital Saint-Louis de Paris (Pr François SIMON). Ce nouveau variant est extrêmement proche d'un virus identifié il y a 3 ans parmi des populations de gorilles d'Afrique centrale. Il a été isolé pour la première fois chez une patiente d'origine Camerounaise suivie en région parisienne depuis 2004.

Un nouveau variant des virus de type 1 de l’Immunodéficience Humaine et dénommé HIV-1 groupe P vient d’être caractérisé par l’équipe du Pr Jean-Christophe Plantier du CHU-Hôpitaux de Rouen en collaboration avec l’Université de Manchester (Royaume-Uni – Dr David Robertson) et l’hôpital Saint-Louis de Paris (Pr François SIMON). Ce nouveau variant est extrêmement proche d’un virus identifié il y a 3 ans parmi des populations de gorilles d’Afrique centrale. Il a été isolé pour la première fois chez une patiente d’origine Camerounaise suivie en région parisienne depuis 2004.

La patiente présente une immunodépression avec des chiffres de CD4 aux environs de 300 cellules/mm3. Cette patiente a été dépistée séropositive par les principaux tests actuellement utilisés en transfusion sanguine et en diagnostic. Les examens de confirmation étaient également positifs. La négativité de certains des examens de charges virales a permis de suspecter une infection par un VIH atypique. L’origine de ce nouveau groupe P est probablement liée à un passage de virus SIV du Gorille à l’homme comme cela a déjà été décrit dans le cas des HIV-1 de groupes M et N à partir de contamination par manipulation de viande de chimpanzés infectés.

Le cas décrit est pour l’instant unique et nécessite d’autres recherches pour évaluer l’importance de diffusion de cette souche. Il illustre également l’efficacité des réseaux de surveillance de la diversité des souches VIH en France et la robustesse des outils de dépistage et de confirmation utilisés.

Ce travail a reçu le soutien de l’Institut de Veille Sanitaire, par l’intermédiaire du laboratoire associé du Centre National de Référence du VIH de Rouen, de l’Agence Nationale de Recherches sur le SIDA et des hépatites virales et du CHU de Rouen.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.