Découverte importante dans la compréhension de la Maladie d’Alzheimer

Importante découverte de l'équipe du Dr. Dominique Campion et du Pr. Didier Hannequin (Inserm U614-IFRMP, Faculté de Médecine et CHU - Hôpitaux de Rouen, dirigée par le Pr. Thierry Frebourg) concernant les bases génétiques de la maladie d'Alzheimer. Ces travaux viennent d'être publiés dans Nature Genetics.

Importante découverte de l’équipe du Dr. Dominique Campion et du Pr. Didier Hannequin (Inserm U614-IFRMP, Faculté de Médecine et CHU – Hôpitaux de Rouen, dirigée par le Pr. Thierry Frebourg) concernant les bases génétiques de la maladie d’Alzheimer.
Ces travaux viennent d’être publiés dans Nature Genetics.

Depuis 10 ans le laboratoire de génétique du CHU – Hôpitaux de Rouen analyse dans les familles françaises les gènes APP et des présénilines dont les mutations sont à l’origine de formes héréditaires de la maladie d’Alzheimer caractérisées par un début précoce, avant 60 ans.

Les chercheurs rouennais ont été frappés par le fait que, dans certaines familles atteintes de maladie d’Alzheimer héréditaire, aucune mutation n’était détectable.

Puisque certains patients atteints de trisomie 21 présentent après 45 ans une maladie d’Alzheimer et que le gène APP est situé sur le chromosome 21, ils ont émis l’hypothèse qu’un excès de copies du gène APP pouvait également conduire à cette maladie.

Ils ont donc exploré des familles françaises atteintes de formes héréditaires de maladie d’Alzheimer, grâce à une nouvelle méthode permettant de doser les gènes, la méthode QMPSF développée par l’Inserm U614 et le laboratoire de génétique du CHU – Hôpitaux de Rouen.

Cette analyse a révélé effectivement, chez des patients présentant une forme héréditaire de maladie d’Alzheimer associée à des hémorragies cérébrales, une duplication du gène APP, c’est à dire que les patients avaient 3 et non 2 copies du gène comme dans la population générale.

En sondant par QMPSF le chromosome 21 autour du gène APP, les chercheurs ont eu la surprise de constater que, dans certaines familles, la taille du segment dupliqué correspondait à 15% du chromosome 21. Ces patients ont effectivement un chromosome 21 anormalement long et donc une microtrisomie 21 mais ne présentent aucun signe classique de la trisomie 21.

L’examen de leurs cerveaux réalisé par le Pr. Annie Laquerrière (Service d’Anatomopathologie du CHU – Hôpitaux de Rouen) a mis en évidence une accumulation massive du peptide Ab dans leurs neurones et dans la paroi des vaisseaux à l’origine de la maladie d’Alzheimer et des accidents vasculaires.

Ces travaux démontrent qu’une copie excédentaire du gène APP suffit à provoquer une maladie d’Alzheimer précoce, ce qui explique pourquoi les patients atteints de trisomie 21 peuvent développer cette maladie.
Ils confortent l’idée que la surproduction de la protéine APP pourrait être un des facteurs de risque de la maladie d’Alzheimer de la personne âgée.

D’une façon plus générale, ces travaux confirment que des maladies héréditaires peuvent être dues à un surdosage génique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.