Découvrir « l’esprit des lieux  » pour un mariage heureux

Deux ethnologues explorent actuellement, et pendant encore un an, les univers similaires et pourtant si différents des hôpitaux St Roch et Pasteur du CHU de Nice, avant leur réunion dans le futur hôpital Pasteur 2.

Deux ethnologues explorent actuellement, et pendant encore un an, les univers similaires et pourtant si différents des hôpitaux St Roch et Pasteur du CHU de Nice, avant leur réunion dans le futur hôpital Pasteur 2.

Mettre en lumière « l’originalité de l’hôpital Pasteur et de l’hôpital St Roch telle qu’elle transparaîtra au fil des rencontres, des situations observées, des témoignages et du recueil de la mémoire du personnel hospitalier » : c’est ainsi que Michelle Ducerisier, ethnologue au Centre du Patrimoine, et Agnès Jeanjean, enseignante et chercheur en anthropologie à l’Université de Nice Sophia Antipolis, définissent leur mission, au CHU de Nice.

Accompagnées de quatre étudiants, elles chercheront à découvrir «l’esprit des lieux», héritiers d’une histoire, et les identités professionnelles de ceux qui les font vivre, le personnel hospitalier », à travers des rencontres, des visites et en partageant la vie de certaines équipes de Saint Roch et Pasteur.

Pour la Direction Générale du CHU de Nice, l’objectif est d’éviter que le patrimoine de l’hôpital et la mémoire humaine qui le fait vivre ne disparaissent avec ses transformations à venir, mais aussi de donner à ses professionnels la possibilité d’imaginer leur avenir, dans la continuité de cette histoire et non en rupture avec elle.

Un avenir à imaginer, une mémoire à conserver

Dans les prochaines années, l’hôpital St Roch et l’hôpital Pasteur vont vivre une véritable transformation. Le premier va devenir hôpital de santé publique, tourné vers la prévention et la recherche. La plupart des personnes qui l’animent aujourd’hui travailleront bientôt dans un nouvel hôpital, construit sur le site de l’hôpital Pasteur. Les pavillons du second vont faire place au futur Pasteur 2, qui regroupera alors la majeure partie des activités de soins actuelles des deux sites.
A travers le programme culturel pour Pasteur 2 et la mission assumée par les deux ethnologues, le CHU de Nice vise à créer les conditions d’une transition harmonieuse.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.