Déformations rachidiennes simples ou complexes : le centre expert de Bordeaux

A l’occasion de la tenue des journées internationales sur la prise en charge des patients atteints de déformation rachidienne du 12 au 14 avril 2018, le CHU de Bordeaux fait le point sur les différents affections du dos qui peuvent devenir invalidantes et souligne l’expertise reconnue de ses équipes
A l’occasion de la tenue des journées internationales sur la prise en charge des patients atteints de déformation rachidienne du 12 au 14 avril 2018, le CHU de Bordeaux fait le point sur les différents affections du dos qui peuvent devenir invalidantes et souligne l’expertise reconnue de ses équipes.
Une déformation rachidienne (ou déformation de la colonne vertébrale) est le résultat d’une modification structurelle de l’alignement normal de la colonne vertébrale. Ces déformations surviennent généralement durant l’enfance et s’accentuent avant la période de puberté quand le squelette poursuit sa croissance alors que la musculation ne s’est pas encore renforcée. Au CHU de Bordeaux, toutes les déformations rachidiennes sont traitées au sein d’une unité de référence, reconnue au plan national et international ; depuis 10 ans, la chirurgie du dos au CHU de Bordeaux est classée 1er à l’échelle nationale dans le palmarès du Point. L’expertise de l’équipe attire des patients originaires d’autres département. Au total 150 personnes sont prises en charge au sein du service chaque année dont 50 enfants et adolescents.« Notre équipe a bénéficié d’une formation très pointue en chirurgie des déformations que ce soit pour l’enfant ou l’adulte. De plus l’expertise acquise au fil des années et le plateau technique de pointe dont nous disposons nous permettent de réaliser des chirurgies plus difficiles au bénéfice de patients lourdement handicapés et souvent multi opérés. Ces patients viennent parfois de loin pour être opérés au CHU de Bordeaux car leur chirurgie nécessite la réalisation des gestes complexes tels que les ostéotomies et les résections vertébrales ». Dr Ibrahim Obeid, Unité d’orthopédie traumatologie rachis I du CHU de Bordeaux dirigée par le Pr Olivier Gille

Les différents types de déformations rachidiennes 

Il faut distinguer les déformations de l’enfant de celles de l’adulte. Les enfants souffrent principalement de scolioses (déviations latérales) et de cyphoscolioses (déviations à convexité postérieure) congénitales qui correspondent, de scolioses neuro musculaires, scolioses idiopathiques de l’adolescent, de la maladie de Scheuermann (affection des vertèbres liée à la croissance du squelette qui provoque une déformation de la colonne vertébrale, une cyphose( et les spondylolisthésis de haut grade (glissement très important (supérieur à 50%) de la vertèbre L5 en avant du sacrum (S1). Il s’agit le plus souvent d’une anomalie de la croissance. Cette forme rare de spondylolisthésis est une déformation rachidienne dont la prise en charge chirurgicale est particulièrement complexe).

Les adultes sont davantage concernés par des scolioses dégénératives, des déformations iatrogènes en particulier le dos plat post opératoire et des troubles posturaux… –

Prévalence 

Concernant les scolioses infantiles il n’existe pas de réelle augmentation de la prévalence de la maladie. Seuls 3 à 4% des enfants présentent une déviation de plus de 10° ; les filles sont 8 fois plus touchées que les garçons ; uniquement 10% nécessite une prise en charge chirurgicale, la majorité étant traitée par surveillance ou par corset. Cependant ces pathologies sont de plus en plus connues du grand public et des médecins généralistes. Le traitement chirurgical est beaucoup plus codifié et maitrisé ce qui a amélioré nettement la prise en charge chirurgicale.

Pour les déformations de l’adulte il y a une nette augmentation de la prévalence due notamment à l’augmentation de l’espérance de vie et la démocratisation de la chirurgie rachidienne. 
Programme du Congrès Current Concepts in Spine Deformity

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.