Démarche qualité : le CHUGA en première ligne

A l’occasion de la Semaine nationale de la sécurité des patients, la direction de la qualité, de la sécurité des soins et des parcours patients du CHUGA a organisé son Forum qualité, mardi 29 novembre 2016. Tables-rondes, exposition et ateliers ont rythmé cette journée dont le thème portait cette année sur les événements indésirables.

A l’occasion de la Semaine nationale de la sécurité des patients, la direction de la qualité, de la sécurité des soins et des parcours patients du CHUGA a organisé son Forum qualité, mardi 29 novembre. Tables-rondes, exposition et ateliers ont rythmé cette journée dont le thème portait cette année sur les événements indésirables. 
Engagé depuis toujours dans une démarche d’amélioration continue de la qualité des conditions de prise en charge des patients, l’établissement public de santé ambitionne d’aller encore plus loin. Et pour preuve, « le CHUGA a fait le choix d’inscrire officiellement cette démarche qualité parmi les cinq priorités stratégiques de son nouveau projet d’établissement 2016-2020 » a souligné Jacqueline Hubert, directeur général, lors du lancement du Forum qualité. Parmi les temps forts de cette journée, on note l’exposition participative de 50 posters imaginés et créés par 50 équipes du CHUGA. La direction générale a reconnu la qualité de ces démarches et récompensé trois projets particulièrement innovant.  
Les professionnels hospitaliers ont ensuite participé à des échanges en table ronde ainsi qu’aux ateliers pédagogiques « La chambre des erreurs ».  Une expérience permettant aux infirmiers, auxiliaires de puériculture, aides-soignants et agents des services hospitaliers d’enrichir leur pratique dans un contexte bienveillant. « L’idée est de se retrouver dans une chambre avec un patient -joué par de vrais patients volontaires issus de l’Université des Patients de Grenoble- afin d’identifier les erreurs existantes. Il ne s’agit pas de porter un jugement sur l’autre mais plutôt d’aiguiser son regard et de s’autoévaluer » confie Simon Mandaroux, infirmier anesthésiste chargé de formation au Pôle Anesthésie Réanimation du CHUGA.
Une initiative plébiscitée
Plusieurs centaines de professionnels ont participé à ce Forum Qualité. A l’image de Cécilia, infirmière en hématologie soins intensifs : « Je participe à cette journée par curiosité et aussi par intérêt professionnel. Au fond, c’est un peu une remise en question. Mon but est d’échanger avec d’autres professionnels et de voir comment garantir au mieux la sécurité des patients. Je me suis inscrite à l’atelier « Chambre des erreurs » et j’ai trouvé l’expérience intéressante, notamment sur l’approche méthodologique. »
Au-delà des personnels hospitaliers, le grand public a également été informé durant cette journée grâce à l’exposition installée dans le hall Vercors de l’hôpital Michallon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.