Dématérialisation des factures : Amiens adopte Chorus Pro

10% des factures adressées au CHU Amiens-Picardie le sont à travers le nouveau processus Chorus Pro. Progressivement ce chiffre atteindra les 25% au cours de l’année 2017, soit 22 500 factures environ. Le circuit de paiement des factures du fournisseur au Trésor Public en passant par le CHU est ainsi entièrement. Il s’agit d’une première étape d’une transition numérique qui devra être totalement déployée en 2020 date à laquelle la facturation électronique sera rendue obligatoire à tout fournisseur.
10% des factures adressées au CHU Amiens-Picardie le sont à travers le nouveau processus Chorus Pro. Progressivement ce chiffre atteindra les 25% au cours de l’année 2017, soit 22 500 factures environ. Le circuit de paiement des factures du fournisseur au Trésor Public en passant par le CHU est ainsi entièrement. Il s’agit d’une première étape d’une transition numérique qui devra être totalement déployée en 2020 date à laquelle la facturation électronique sera rendue obligatoire à tout fournisseur.
Les gains attendus sont nombreux : renforcement et automatisation des contrôles induisant un gain dans le temps de traitement de chaque facture, meilleur suivi de la prise en charge de la facture et optimisation de la date de paiement au fournisseur permettant éventuellement le déclenchement d’escomptes, amélioration de la relation avec ses fournisseurs désormais en capacité de connaître à tout moment l’état d’avancement du traitement de leur facture en consultant la plateforme Chorus Pro… A souligner également la dimension Développement Durable du projet avec la disparition de l’impression en triple exemplaire des factures et de leur envoi par courrier.
Cette dématérialisation est le résultat d’une expérimentation nationale à laquelle le CHU Amiens-Picardie a participé afin de tester la dématérialisation des factures à travers la plateforme de facturation électronique Chorus Pro de l’Agence pour l’Informatique Financière de l’Etat. La facturation électronique de l’achat public devient en effet progressivement obligatoire.
Le CHU Amiens-Picardie a été retenu à l’automne 2015 parmi 18 structures publiques, dont 2 autres établissements de santé. Au cours de cette période d’expérimentation, l’établissement a ainsi pu traiter près de 600 factures émanant d’une quinzaine de fournisseurs sur le dernier trimestre 2016.. Une fois enregistrées, ces factures ont été traitées avant d’être envoyées au trésorier de l’établissement pour paiement, au travers de flux dématérialisés avec signature électronique.  Anticipant la transformation numérique, le CHU va dès cette année dématérialiser toutes les factures qu’il continuera à recevoir au format papier, de sorte qu’elles soient traitées dans les mêmes conditions que celles récupérées sur la plateforme Chorus Pro.
A compter du 1er janvier 2017 et progressivement de manière obligatoire, toutes les factures destinées à la sphère publique émises par les grandes entreprises et par les établissements publics seront électroniques. L’obligation sera étendue en 2018 aux entreprises de taille intermédiaire, en 2019 aux PME et enfin en 2020 aux micro-entreprises.
Ainsi, dès 2017, les entreprises sont encourager à utiliser Chorus Pro même si elles n’y sont pas contraintes à cette date.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.