Au CHRU de Besançon, le déménagement des services de l’hôpital Saint-Jacques à l’hôpital Jean Minjoz est achevé. Le nouveau bâtiment accueille désormais la quasi-totalité des services jusqu’alors situés sur le site historique de Saint-Jacques. Au total, 350 patients ont été transférés, de jour, entre le 1er et le 19 octobre, 1 200 salariés ont rejoint les locaux flambant neufs et 12 000 m3 de mobilier et appareils médicaux ont été déplacés de jour comme de nuit. Leur regroupement sur un site unique, doté d’infrastructures de dernière génération, apporte une réponse efficiente aux enjeux de santé de demain et offre un cadre architectural de haut niveau résolument centré sur l’usager.

Au CHRU de Besançon, le déménagement des services de l’hôpital Saint-Jacques à l’hôpital Jean Minjoz est achevé. Le nouveau bâtiment accueille désormais la quasi-totalité des services jusqu’alors situés sur le site historique de Saint-Jacques.  Au total, 350 patients ont été transférés, de jour, entre le  1er et le 19 octobre, 1 200 salariés ont rejoint les locaux flambant neufs  et 12 000 m3 de mobilier et appareils médicaux ont été déplacés de jour comme de nuit. Leur regroupement sur un site unique, doté d’infrastructures de dernière génération, apporte une réponse  efficiente aux enjeux de santé de demain et offre un cadre architectural de haut niveau résolument centré sur l’usager.
Jean Minjoz abrite désormais  les urgences pédiatriques, réanimation infantile et néonatale, pédiatrie, gynécologie, obstétrique, urologie, néphrologie/dialyse et maladies infectieuses, les consultations de dermatologie et de psychiatrie et l’assistance médicale à la procréation et le Centre d’Etudes et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CEGOS). Ses 19 cuves de gamètes et d’ovocytes ont été déplacées de Saint-Jacques à Minjoz, dans des camions hyperspécialisés et escortés de motards de la police nationale. Un trajet test avait été effectué et les cuves ont pu intégrer sans encombre les nouveaux locaux du CECOS.
Visite guidée
Le nouveau bâtiment monobloc de 60 000 m² se compose de 8 étages, dont  6 accessibles au public :
– les niveaux -2 et -3 sont dédiés aux activités techniques et logistiques ;
– le niveau -1 est celui du plateau technique « chaud » : les blocs opératoires, les soins intensifs, les services de réanimation, les grossesses à risques, les urgences et l’imagerie ;
– les niveaux 0 et +1 sont ceux des consultations et hôpitaux de jour ;
– du +2 au +4, se situent les étages d’hospitalisation.
Le nouvel espace d’accueil relie le nouveau bâtiment au bâtiment Jean Minjoz existant, au pôle Cœur Poumon, et à partir de 2015 au futur pôle Cancéro / Biologie. Il constitue la porte d’entrée de l’hôpital et abrite déjà, depuis fin janvier, le bureau des entrées, le service social, la location des téléviseurs et téléphones patients. Cette zone d’accueil et d’orientation trouvera toute sa cohérence avec l’ouverture prochaine de la nouvelle cafétéria et permet déjà aux usagers de rejoindre les nouveaux  locaux de la bibliothèque des malades et la maison des usagers récemment créée.
Confort accru, matériel médical de pointe et plateau technique performant
Avec ce regroupement sur un même site, la prise en charge des patients répond aux attentes de la population franc-comtoise, sur son versant hôtelier comme sur celui des techniques déployées et de la qualité et de la sécurité qu’elles renforcent.
En termes d’accueil, la quasi-totalité des chambres proposées aux patients sont individuelles, avec des gaines tête de lits en bois qui apportent chaleur et réconfort. 
Au plan technique, les équipes du CHRU ont mis leur compétence au service des praticiens, et notamment, dans le plateau technique restructuré, des chirurgiens et des anesthésistes. Des éclairages aux pieds de table, en passant par un système de monitorage unique en France, les équipes biomédicales ont défini, grâce à leur étroite collaboration avec la communauté médicale, un environnement ergonomique et ultra performant à la hauteur de la dimension régionale du CHRU : 10 M€ d’équipements médicaux ont ainsi été renouvelés ou nouvellement acquis et installés dans le nouveau bâtiment, dont le coût de construction atteint 190,8 M€.
Une signalétique entièrement repensée
Au sein de ce nouveau cadre architectural, la signalétique a elle aussi fait l’objet d’une réflexion approfondie. Une couleur a été attribuée à chaque bâtiment du site Jean Minjoz pour un fléchage simple et efficace. A ce code couleur, s’ajoutent des pictogrammes. Cette signalétique provisoire, de peut encore être ajustée et deviendra définitive courant 2013. Elle sera complétée par des lignes au sol pour les personnes malvoyantes. Une borne interactive d’orientation sera installée dans le hall d’accueil et connectée au site internet du CHRU : sur place comme depuis son domicile, le patient et le visiteur pourront imprimer l’itinéraire à suivre pour rejoindre le service de destination.
Une nouvelle identité graphique
Avec le regroupement de l’offre de soins du CHRU au cœur du pôle santé des Hauts de Chazal est née une nouvelle identité graphique pour faire place au logo utilisé depuis 1988. Il convenait en effet de prendre en compte les évolutions architecturales de l’établissement dans ses éléments d’identité visuelle.
Le logo a été choisi par les personnels médicaux et non médicaux du CHRU, à l’issue d’un vote électronique. Les trois propositions émanaient de la cellule communication.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.