Démission de Jean-Jacques Romatet, directeur général de l’AP-HM

« Coup de tonnerre à l’AP-HM » titre la Provence du 31 mars, Jean-Jacques Romatet, directeur général de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a remis lundi 30 mars 2015 sa démission au ministère de la Santé. "Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, salue les efforts déployés par M. Romatet à la tête de l'établissement pour engager son indispensable redressement" a souligné le quotidien.

« Coup de tonnerre à l’AP-HM » titre la Provence du 31 mars, Jean-Jacques Romatet, directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a remis lundi 30 mars 2015 sa démission au ministère de la Santé. "Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, salue les efforts déployés par M. Romatet à la tête de l’établissement pour engager son indispensable redressement" a souligné le quotidien.
Catherine Geindre, actuelle directrice générale du centre hospitalier universitaire d’Amiens, lui succèdera à compter du 6 avril prochain.
Selon La Provence, la démission de M. Romatet survient quelques jours après l’adoption par la commission médicale d’établissement d’une motion refusant les modalités du contrat de retour à l’équilibre financier (cref) négocié avec l’Etat.

Eviter la crise de trop
Dans un message adressé au personnel le 31 mars, Jean-Jacques Romatet explique le motif de sa décision "rendre possible le dénouement de la crise actuelle, qui serait, si elle durait, la crise de trop pour l’AP-HM. La signature urgente maintenant d’un Contrat de Retour à l’Equilibre nécessairement rigoureux mais réaliste et faisable doit s’inscrire dans le cadre d’une responsabilisation collective interne absolument indispensable et s’appuyer sur l’accompagnement bienveillant de notre tutelle qui nous a tant manqué."
Et le directeur général conclut en ces termes "Notre AP-HM doit continuer à s’inscrire dans un fonctionnement responsable, lucide, propre, professionnel et solidaire. Elle doit, avec l’amélioration progressive de sa situation, rendue possible grâce au Cref, retrouver la confiance en elle-même, et la confiance de tous les siens."
"Je veux de tout cœur remercier de leur confiance celles et ceux qui portent et font l’AP-HM que j’ai eu l’honneur de servir, en tentant de lui être utile, jusqu’au bout."
Interrogé par l’AFP, le Pr. Guy Moulin, président de la commission médicale d’établissement (CME) s’est dit "surpris de la méthode, brutale, de ce remplacement ex abrupto du directeur général du 3e CHU de France." Le président de la CME, comme l’ensemble de la communauté médicale, a dénoncé la semaine dernière le contrat de retour à l’équilibre programmé par le gouvernement. "Le problème pour l’AP-HM, c’est le Cref, pas le remplacement de qui que ce soit".
Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et président du Conseil de surveillance  met en cause l’autorité de tutelle dans un communiqué en date du 31 mars. "Le départ de Jean-Jacques Romatet, le directeur général de l’AP-HM, n’est pas le fait du hasard. Il est la conséquence directe des exigences de l’Agence régionale de santé qui impose un plan de réformes drastique provoquant aussi bien l’hostilité des médecins que le rejet du personnel. Quand j’ai rencontré, hier, la Ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, Marisol Touraine, j’ai demandé que Marseille bénéficie, dans ce contexte, de la même considération et du même traitement que les deux autres grands CHU nationaux à Paris et à Lyon." ajoute-t-il.

Et le premier magistrat de la ville de rappeler l’importance de l’AP-HM. « Ce n’est pas seulement leur santé (celle des Marseillais et des Provençaux) qui est en jeu ici. L’APHM constitue aussi un outil essentiel pour le rayonnement de Marseille, à l’échelle régionale et internationale. J’attends du gouvernement qu’il respecte notre ville !"

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.