Dent : un scanner sculpteur de couronne en céramique

Au CHU de Dijon Bourgogne, un scanner dernière génération sculpte une couronne en céramique en 30 minutes seulement, à l'instar d’une imprimante 3 D ! C'est du temps gagné pour le patient qui verra son problème traité en seul rendez-vous au lieu de trois voire quatre auparavant : fini la pose d'une couronne provisoire, la réalisation de l'empreinte dentaire, son envoi au prothésiste et les allers-retours chez le dentiste.

Au CHU de Dijon Bourgogne, un scanner dernière génération sculpte une couronne en céramique en 30 minutes seulement, à l’instar d’une imprimante 3 D ! C’est du temps gagné pour le patient qui verra son problème traité en seul rendez-vous au lieu de trois voire quatre auparavant : fini la pose d’une couronne provisoire, la réalisation de l’empreinte dentaire, son envoi au prothésiste et les allers-retours chez le dentiste.
« C’est une avancée considérable dans les zones rurales où il faut parfois faire de nombreux kilomètres pour aller chez le chirurgien-dentiste » argumente Olivier Rembry, responsable du projet baptisé LYRA. Avec la nouvelle appelée technologie conception et fabrication assistées par ordinateur (CFAO), les odontologistes réussissent à fabriquer eux-mêmes, de façon rapide et facile, leurs propres couronnes dentaires en céramique.
Concrètement, le rendez-vous chez l’odontologiste s’effectue de la manière suivante : cinq minutes de numérisation avec une caméra 3D pour l’empreinte des dents. Cinq minutes de modélisation avec éventuelles retouches effectuées par le dentiste. Un quart d’heure d’usinage, avec choix du matériau, puis pose. En une demi-heure, la
couronne est prête et posée.
En se dotant de cet appareil, le CHU Dijon Bourgogne apporte plus de confort et de satisfaction à ses patients. Cette technologie  garantit une réactivité accrue de l’odontologue et permet de réaliser l’intégralité du processus en un seul rendez-vous, de la prise d’empreinte à la pose de la couronne.
Le CHU Dijon Bourgogne est l’un des 5 premiers CHU de France équipé de l’appareil « LYRA ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.