Pierre-Charles Pons sur le départ du CHU de Dijon

Promu à d'autres fonctions, Pierre-Charles Pons, directeur Général du CHU de Dijon depuis 2006, annonce son départ le 30 septembre 2013. Durant ses sept années d'exercice, Pierre-Charles Pons a mené à terme des projets stratégiques qui marqueront durablement l'avenir de l'institution.

Promu à d’autres fonctions, Pierre-Charles Pons, directeur Général du CHU de Dijon depuis 2006, annonce son départ le 30 septembre 2013. Durant ses sept années d’exercice, Pierre-Charles Pons a mené à terme des projets stratégiques qui marqueront durablement l’avenir de l’institution.

A Dijon, Pierre-Charles Pons a engagé et poursuivi plusieurs chantiers d’envergure parmi lesquels la Cité hospitalière du 21e siècle qui regroupe les activités de court séjour et le plateau technique sur un site unique (construction Bocage Central, Plateau Technique de Biologie, Unité de Stérilisation Centrale, etc…). Il a également construit puis porté avec une extrême exigence un Projet d’Etablissement ambitieux 2007-2012, et lancé la réflexion autour du Projet d’Etablissement 2013-2017, adopté à l’aube de son départ.
Dans ce cadre, il a développé un partenariat renforcé avec le CHU de Besançon et les autres acteurs de santé de Bourgogne. Des évolutions déterminantes conduites tout en respectant les contraintes d’une situation financière difficile.

Promu à d’autres fonctions, Pierre-Charles Pons communiquera ultérieurement sur sa future affectation.

Carrière hospitalière de Pierre-Charles Pons
Ancien élève de l’Ecole nationale de la santé publique (ENSP, aujourd’hui EHESP), Pierre-Charles Pons exerce ses premières responsabilités en Midi-Pyrénées, au CH de Lavaur (Tarn) puis au Centre Hospitalier de Saint-Girons (Ariège) comme Directeur et Secrétaire Général du Syndicat interhospitalier du Couserans. Il a ensuite été nommé au CH de Millau également comme Directeur et Secrétaire Général du Syndicat interhospitalier du Sud-Aveyron.
Pierre-Charles Pons poursuit sa carrière au Centre Hospitalier Paul Guiraud à Villejuif (Valde-Marne) comme Directeur Adjoint chargé de la stratégie, du projet et des affaires médicales d’août 1993 à décembre 1996. En janvier 1997, il rejoint le Centre national de l’expertise hospitalière (CNEH) en tant que Directeur du pôle stratégie. En novembre 1998, il retourne en Midi-Pyrénées où il occupe le poste de Directeur du Centre Hospitalier de Castres (Tarn) puis Directeur du Centre Hospitalier intercommunal Castres-Mazamet, après la fusion des deux établissements.
En 2005, il devient Directeur Général Adjoint du CHU de Dijon, un poste qu’il occupera pendant plus d’un an, avant d’être nommé à la tête de l’institution bourguignonne fin 2006, un poste qu’il occupera jusqu’au 30 septembre 2013.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.