Dépistage du cancer colorectal : Quand prévention rime avec connexion

A l’occasion de la journée nationale de dépistage du cancer colorectal par coloscopie, le CHU de Poitiers invite les internautes à échanger en direct avec un gastroentérologue sur www.chu-poitiers.fr, le mardi 27 mars, de 15h à 17h et de 18h à 20h00. L’enjeu : convaincre le public de la nécessité d’un dépistage après 50 ans et expliquer les indications des deux examens possibles : la recherche de sang dans les selles ou la coloscopie ; seules armes de prévention efficaces contre un cancer en constante augmentation. Et nouvelles technologies obligent le message passe désormais par la toile.

A l’occasion de la journée nationale de dépistage du cancer colorectal par coloscopie, le CHU de Poitiers invite les internautes à échanger en direct avec un gastroentérologue sur www.chu-poitiers.fr, le mardi 27 mars, de 15h à 17h et de 18h à 20h00. L’enjeu : convaincre le public de la nécessité d’un dépistage après 50 ans et expliquer les indications des deux examens possibles : la recherche de sang dans les selles ou la coloscopie ; seules armes de  prévention efficaces contre un cancer en constante augmentation. Et nouvelles technologies obligent le message passe désormais par la toile.
L’initiative de ce forum revient à l’unité d’endoscopie digestive du service d’hépato-gastro-entérologie et assistance nutritive du CHU qui relaie à sa manière la campagne lancée par les sociétés savantes de pathologie digestive.
Avec 40 000 nouveaux cas chaque année, le cancer colorectal est la 3ème cause de cancer en France. Son diagnostic encore trop souvent tardif fait de lui un des cancers  les plus meurtriers : 18 000 décès par an lui sont imputés.

Un dépistage adapté au risque

Les personnes à risque élevé 
Les personnes ayant des antécédents personnels ou familiaux de polype ou de cancer colorectal présentent un risque élevé de cancer colorectal (même en l’absence de symptômes). Elles se verront proposer un examen endoscopique appelé coloscopie, réalisé sous une courte anesthésie générale durant une hospitalisation d’une demi-journée. La coloscopie permet de détecter des polypes du colon ou du rectum à un stade très précoce ; les lésions peuvent être de l’ordre du millimètre. Ces tumeurs bénignes mais précancéreuses seront enlevées (réséquées) durant cet examen. La résection de ces polypes lors de la coloscopie permet d’éviter leur transformation avec le temps en cancer. A ce stade le patient ne ressent aucun symptôme d’où la nécessité de réaliser des examens systématiques.
Les adultes de plus de 50 ans à risque moyen
Les hommes et les femmes de plus de 50 ans, sans antécédent sont considérés comme étant à risque moins élevé de cancer colorectal. Dans ce cas, le dépistage du cancer colorectal se fera par la recherche de sang dans les selles. En cas de test positif, une coloscopie est recommandée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.