Dépistage du cancer colorectal : Quand prévention rime avec connexion

A l’occasion de la journée nationale de dépistage du cancer colorectal par coloscopie, le CHU de Poitiers invite les internautes à échanger en direct avec un gastroentérologue sur www.chu-poitiers.fr, le mardi 27 mars, de 15h à 17h et de 18h à 20h00. L’enjeu : convaincre le public de la nécessité d’un dépistage après 50 ans et expliquer les indications des deux examens possibles : la recherche de sang dans les selles ou la coloscopie ; seules armes de prévention efficaces contre un cancer en constante augmentation. Et nouvelles technologies obligent le message passe désormais par la toile.

A l’occasion de la journée nationale de dépistage du cancer colorectal par coloscopie, le CHU de Poitiers invite les internautes à échanger en direct avec un gastroentérologue sur www.chu-poitiers.fr, le mardi 27 mars, de 15h à 17h et de 18h à 20h00. L’enjeu : convaincre le public de la nécessité d’un dépistage après 50 ans et expliquer les indications des deux examens possibles : la recherche de sang dans les selles ou la coloscopie ; seules armes de  prévention efficaces contre un cancer en constante augmentation. Et nouvelles technologies obligent le message passe désormais par la toile.
L’initiative de ce forum revient à l’unité d’endoscopie digestive du service d’hépato-gastro-entérologie et assistance nutritive du CHU qui relaie à sa manière la campagne lancée par les sociétés savantes de pathologie digestive.
Avec 40 000 nouveaux cas chaque année, le cancer colorectal est la 3ème cause de cancer en France. Son diagnostic encore trop souvent tardif fait de lui un des cancers  les plus meurtriers : 18 000 décès par an lui sont imputés.

Un dépistage adapté au risque

Les personnes à risque élevé 
Les personnes ayant des antécédents personnels ou familiaux de polype ou de cancer colorectal présentent un risque élevé de cancer colorectal (même en l’absence de symptômes). Elles se verront proposer un examen endoscopique appelé coloscopie, réalisé sous une courte anesthésie générale durant une hospitalisation d’une demi-journée. La coloscopie permet de détecter des polypes du colon ou du rectum à un stade très précoce ; les lésions peuvent être de l’ordre du millimètre. Ces tumeurs bénignes mais précancéreuses seront enlevées (réséquées) durant cet examen. La résection de ces polypes lors de la coloscopie permet d’éviter leur transformation avec le temps en cancer. A ce stade le patient ne ressent aucun symptôme d’où la nécessité de réaliser des examens systématiques.
Les adultes de plus de 50 ans à risque moyen
Les hommes et les femmes de plus de 50 ans, sans antécédent sont considérés comme étant à risque moins élevé de cancer colorectal. Dans ce cas, le dépistage du cancer colorectal se fera par la recherche de sang dans les selles. En cas de test positif, une coloscopie est recommandée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.