Dermopigmentation : Montpellier crée le 1er diplôme U français pour médecins

La dermopigmentation médicale, technique employée pour la reconstitution de mamelon, fait désormais l'objet d'un diplôme universitaire (DU). Une formation unique en France, proposée par la faculté de médecine et le CHU de Montpellier.
La dermopigmentation médicale, technique employée pour la reconstitution de mamelon, fait désormais l’objet d’un diplôme universitaire (DU). Une formation unique en France, proposée par la faculté de médecine et le CHU de Montpellier.
Les inscriptions sont déjà ouvertes et l’enseignement commencera en décembre 2016. "Dermopigmentation médicale, réparatrice et esthétique", tel est précisément l’intitulé du nouveau diplôme universitaire (DU) dispensé par la faculté de médecine et le CHU de Montpellier. Cette formation, uniquement accessible aux médecins, porte sur une technique le plus souvent associée à une chirurgie réparatrice après un cancer du sein. Dans le cadre d’une reconstruction mammaire, la dermopigmentation médicale permet de reconstituer le mamelon.
Alors que la plupart de ces actes de dermopigmentation sont remboursés à 100% par la sécurité sociale pour les aréoles des seins, les patientes ont une méconnaissance de ces actes médicaux et des remboursements. D’où l’importance de former les médecins pour qu’ils délivrent une information complète aux femmes.
Objectif :  réaliser un acte médical de qualité
L’enjeu est plus largement de permettre aux praticiens de réaliser un acte médical de qualité, en parfaite connaissance du sujet sur le plan théorique, pratique, pour tout phototype, sur peau saine (tatouages des yeux, sourcils, bouche) ou dans un contexte pathologique (cicatrices, brûlure, post radique, post chimio, post cancer du sein, pelade, vitiligo, becs de lièvres, etc.). Il s’agit aussi de les former au traitement des détatouages, des reprises de dermopigmentations " ratées " et des effets secondaires de la dermopigmentation. 
L’enseignement est ainsi proposé aux internes en médecine, médecins généralistes ou spécialistes et chirurgiens, sous la direction du Pr Bernard Hedon et la direction pédagogique du Dr Carole Faure et du Pr Guillaume Captier du CHU de Montpellier. L’association Femme Victoire Esthétique soutient en partie ce projet en participant à l’achat d’appareils de dermopigmentation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.