Dessine-moi un hôpital : les enfants réinventent la pédiatrie

Des balançoires des terrasses... A l'occasion du lancement du projet de construction du futur CHU sur l'Île de Nantes, des ateliers de sensibilisation à l’architecture ont été ouverts aux enfants hospitalisés. Les architectes en herbe en ont profité pour revoir l’aménagement de l’hôpital !

Des balançoires des terrasses… A l’occasion du lancement du projet de construction du futur CHU sur l’Île de Nantes, des ateliers de sensibilisation à l’architecture ont été ouverts aux enfants hospitalisés. Les architectes en herbe en ont profité pour revoir l’aménagement de l’hôpital !
Les « Archi’teliers » sont des ateliers pédagogiques initient le jeune public à l’architecture et à l’urbanisme. Par le biais de visites et d’ateliers de manipulation (maquettes, collages, dessins, jeux…), les enfants âgés de six à quinze ans s’approprient des notions inhérentes à l’architecture et à l’urbanisme telles que les formes, les matériaux, l’orientation, les couleurs, les échelles, les mobilités… Le CHU de Nantes a souhaité y associer les enfants et adolescents hospitalisés.
Dix ateliers ont été organisés en avril et mai derniers sur deux projets distincts avec l’aide des éducatrices de jeunes enfants et des membres de l’Ardepa*. Cette initiative est conduite en partenariat avec la Samoa** .
Cabane et lumière
Pour le premier "Playtime", les enfants ont travaillé sur la notion de cabane : il s’agissait, à l’hôpital, de recréer sa chambre selon ses envies et son imagination, sous forme de maquettes et de dessins. Les jeunes hospitalisés ont repensé également les endroits clés de leur séjour : le bloc, la salle de jeux, les salles d’examens… Les différents modules ont été ensuite réunis en un seul bloc.
Le second "La forme de la lumière", davantage destiné aux adolescents,  proposait de réfléchir sur les ouvertures du bâtiment de la pédiatrie. Au fil de l’exercice ils sont intervenus sur les fenêtres pour  mettre en scène la lumière intérieure en utilisant formes découpées, cadrages, motifs et couleurs… afin de modifier la perception des lieux.

Pistes de ski et toboggans…
Les enfants se sont montrés très imaginatifs : des pistes de ski, des balançoires, des ascenseurs extérieurs, des terrasses immenses et des toboggans pour s’éviter les longs temps d’attente devant les ascenseurs… Pas sûr que l’équipe réunie par Art & Build puisse reprendre toutes leurs idées !
*Fondée en 1979, l’association régionale pour la promotion de l’architecture (Ardepa) développe son action auprès des professionnels, des enseignants, des scolaires, des institutions, des associations… Son but est de susciter l’intérêt de tous pour la constitution, la fabrication et l’évolution du cadre bâti et de l’environnement.
** La Société d’aménagement de la métropole Ouest-Atlantiques (Samoa) est une société publique chargée de l’aménagement urbain de l’île de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.