Des bilans uro-dynamiques désormais réalisés par des infirmières

Mesures du débit de la vessie et des pressions urétrales, recherche d'une incontinence d'effort à la toux, ce bilan uro-dynamique jusqu’alors exclusivement réalisé par des urologues peut désormais être assuré par des infirmières « expertes d’urologie ». L'élargissement des compétences soignantes vient d'être acté dans un protocole de coopérations entériné par Claude d’Harcourt, directeur général de l’Agence régionale de santé de Haute-Normandie ; une région pionnière en matière d’exercices collaboratifs innovants.

Mesures du débit de la vessie et des pressions urétrales, recherche d’une incontinence d’effort à la toux , ce bilan uro-dynamique jusqu’alors exclusivement réalisé par des urologues peut désormais être assuré  par des infirmières « expertes d’urologie ». L’élargissement des compétences soignantes vient d’être acté dans un protocole de coopérations entériné par Claude d’Harcourt, directeur général de l’Agence régionale de santé de Haute-Normandie ; une région pionnière en matière d’exercices collaboratifs innovants.
L’initiative portée par les professionnels de santé du CHU-Hôpitaux de Rouen a reçu un avis favorable de la Haute Autorité de Santé qui a tout particulièrement apprécié son influence positive sur l’activité du service.
Tout le monde est gagnant : d’abord les patients car cette nouvelle disposition va réduire les files d’attente et leur permettre d’accéder plus vite aux examens et au traitement de leurs troubles vesico- sphincteriens. Les urologues ensuite, qui grâce cette délégation d’acte vont pouvoir consacrer davantage de temps au suivi et à la relation médicale avec leurs patients. Enfin les infirmières qui vont développer de nouveaux savoirs et de nouvelles expertises. 
Des infirmières spécialement formées
Le protocole permet une réalisation de l’examen dans des conditions de sécurité et de qualité de prise en charge équivalentes à celui fait par un urologue. Les infirmières « expertes » ont en effet bénéficié d’une formation de niveau universitaire avec une validation de leur expérience par le Pr Grise, chef du service d’urologie du CHU-Hôpitaux de Rouen. L’analyse des bilans uro-dynamiques est toujours effectuée par les médecins urologues.

Un outil innovant

L’article 51 de la loi HPST stipule que les protocoles de coopération professionnelle autorisent la délégation d’un acte ou d’une activité, exercée dans des circonstances précises à condition notamment de garantir la sécurité des usagers. L’ARS Haute-Normandie soutient ces modes d’exercices collaboratifs innovants qui améliorent l’accès aux soins en région.
Un premier protocole de coopération encadrant la réalisation d’échographies par les manipulateurs en électroradiologie médicale du CHU-Hôpitaux de Rouen a ainsi déjà été signé le 12 septembre dernier. 5 actes sont concernés par ce protocole : écho-doppler artériel et veineux des membres inférieurs ; écho-doppler artériel des troncs supra-aortiques ; échographie abdominale pour bilan d’extension ou surveillance d’une pathologie connue ; échographie de thyroïde.
La réalisation technique de ces actes est confiée aux manipulateurs en électroradiologie médicale expérimentés, l’interprétation des résultats relevant uniquement de la compétence médicale.
La Haute-Normandie est la première région à avoir déjà signé deux protocoles de coopération.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.