Des cocons pour prématurés pour le service de néonatologie

L'union française du Club Soroptimist de Nantes a remis une vingtaine de cocons au professeur Jean-Christophe Rozé, chef du service de néonatologie du CHU de Nantes. Mis au point par les services de néonatalogie et du centre d'action médico-sociale précoce) de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le cocon est un berceau spécialement étudié pour permettre aux nouveau-nés de retrouver une activité et une mobilité voisines de celles observées dans l'utérus maternel.

L’union française du Club Soroptimist de Nantes a remis une vingtaine de cocons au professeur Jean-Christophe Rozé, chef du service de néonatologie du CHU de Nantes. Mis au point par les services de néonatalogie et du centre d’action médico-sociale précoce) de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le cocon est un berceau spécialement étudié pour permettre aux nouveau-nés de retrouver une activité et une mobilité voisines de celles observées dans l’utérus maternel.

Un cocon pour les nouveau-nés
In utero, le foetus est capable de toucher son visage ou de sucer son pouce, ce qui l’apaise. Or la naissance, surtout chez le grand prématuré, l’expose à un stress important. Des recherches ont montré que selon la posture, les bébés en soins intensifs n’avaient pas la même oxygénation, pas les mêmes risques durant le sommeil et pas les mêmes pathologies, en particulier pour celles liées au stress. Le cocon – en mousse – joue ainsi le rôle d’un « utérus de suite », qui s’adapte au tonus du bébé. Il est composé d’une partie supérieure plus étroite pour contenir la tête et d’une autre plus large pour le bassin. Un trépied garde également les genoux de l’enfant surélevés et l’empêche de pousser avec les pieds. Conçu en forme de nid, le cocon lui évite ainsi de se retrouver dans une posture mauvaise pour son développement moteur et psychique. Grâce à cette amélioration posturale, les résultats sur la santé et la psychologie du nouveau-né se font très vite sentir, les cocons permettant tout d’abord d’éviter l’aplatissement crânien lié au positionnement dorsal du nouveau-né.

Le bébé, ainsi rassemblé et contenu par les bords du nid, développe plus facilement une musculature dorsale et évite les positions asymétriques. Depuis de nombreuses années les puéricultrices ont appris à mieux positionner ces très petits bébés avec des moyens ad hoc. Ces cocons leur permettront de continuer à positionner ces enfants en facilitant leur travail.

Au sein de la maternité du CHU, le service néonatologie – d’une capacité de 60 lits – a reçu ces cocons le 10 mars 2009, après l’hôpital Necker enfants-malades de l’AP-HP de Paris et les CHU de Poitiers, Besançon, Rennes… grâce à l’association Soroptimist International.

Plus d’informations sur l’association : www.soroptimist.asso.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.