Des cocons pour prématurés pour le service de néonatologie

L'union française du Club Soroptimist de Nantes a remis une vingtaine de cocons au professeur Jean-Christophe Rozé, chef du service de néonatologie du CHU de Nantes. Mis au point par les services de néonatalogie et du centre d'action médico-sociale précoce) de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le cocon est un berceau spécialement étudié pour permettre aux nouveau-nés de retrouver une activité et une mobilité voisines de celles observées dans l'utérus maternel.

L’union française du Club Soroptimist de Nantes a remis une vingtaine de cocons au professeur Jean-Christophe Rozé, chef du service de néonatologie du CHU de Nantes. Mis au point par les services de néonatalogie et du centre d’action médico-sociale précoce) de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le cocon est un berceau spécialement étudié pour permettre aux nouveau-nés de retrouver une activité et une mobilité voisines de celles observées dans l’utérus maternel.

Un cocon pour les nouveau-nés
In utero, le foetus est capable de toucher son visage ou de sucer son pouce, ce qui l’apaise. Or la naissance, surtout chez le grand prématuré, l’expose à un stress important. Des recherches ont montré que selon la posture, les bébés en soins intensifs n’avaient pas la même oxygénation, pas les mêmes risques durant le sommeil et pas les mêmes pathologies, en particulier pour celles liées au stress. Le cocon – en mousse – joue ainsi le rôle d’un « utérus de suite », qui s’adapte au tonus du bébé. Il est composé d’une partie supérieure plus étroite pour contenir la tête et d’une autre plus large pour le bassin. Un trépied garde également les genoux de l’enfant surélevés et l’empêche de pousser avec les pieds. Conçu en forme de nid, le cocon lui évite ainsi de se retrouver dans une posture mauvaise pour son développement moteur et psychique. Grâce à cette amélioration posturale, les résultats sur la santé et la psychologie du nouveau-né se font très vite sentir, les cocons permettant tout d’abord d’éviter l’aplatissement crânien lié au positionnement dorsal du nouveau-né.

Le bébé, ainsi rassemblé et contenu par les bords du nid, développe plus facilement une musculature dorsale et évite les positions asymétriques. Depuis de nombreuses années les puéricultrices ont appris à mieux positionner ces très petits bébés avec des moyens ad hoc. Ces cocons leur permettront de continuer à positionner ces enfants en facilitant leur travail.

Au sein de la maternité du CHU, le service néonatologie – d’une capacité de 60 lits – a reçu ces cocons le 10 mars 2009, après l’hôpital Necker enfants-malades de l’AP-HP de Paris et les CHU de Poitiers, Besançon, Rennes… grâce à l’association Soroptimist International.

Plus d’informations sur l’association : www.soroptimist.asso.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.