Des colonoscopies avec hypnose

Bénéficier d'une colonoscopie avec hypnose est possible au CHU de Rennes. Depuis maintenant 2 ans, une équipe déterminée permet aux patients motivés de bénéficier de cet examen désagréable dans des conditions de confort satisfaisant.

Bénéficier d’une colonoscopie avec hypnose est possible au CHU de Rennes. Depuis maintenant 2 ans, une équipe déterminée permet aux patients motivés de bénéficier de cet examen désagréable dans des conditions de confort satisfaisant.

Service des Maladies de l’Appareil Digestif : »Vous avancez sur cette plage … ensoleillée, votre regard se fixe sur une voile blanche, le vent est doux ». Avec une voix particulière, monocorde, chaleureuse, l’anesthésiste guide le patient et l’invite à retrouver des sensations agréables. Dans une ambiance feutrée, le médecin accompagne son patient pendant que l’examen progresse régulièrement.

Depuis maintenant 2 ans, une cinquantaine de patients ont pu bénéficier d’une colonoscopie dans de telles conditions. « C’est une victoire sur moi-même » dira ce patient à la fin de son examen.

Une faculté naturelle
« L’état hypnotique est un état naturel, familier à chacun d’entre nous » explique le Dr Rault « c’est bien de cela dont il s’agit lorsque, focalisé sur une idée, un projet, vous garez votre véhicule sur le parking de l’hôpital sans vous souvenir de façon claire du parcours que vous avez effectué. ».L’analgésie n’est pas toujours parfaite mais les sensations douloureuses sont plus analysées comme un inconfort que comme une douleur.
« L’hypnose permet au patient de devenir acteur de son propre destin. Actif, le patient mobilise des capacités insoupçonnées pour atteindre un but fixé au préalable avec l’hypnothérapeute ».
La durée de l’examen est sensiblement identique et une fois ce dernier terminé, le patient regagne sa directement sa chambre pour savourer un petit déjeuner bien mérité. Le sourire de chacun des intervenants indique que l’examen s’est bien déroulé.

Des indications qui s’étendent
Au CHU de Rennes l’hypnose est utilisée au bloc opératoire de chirurgie infantile par le Docteur MM Lucas Poloméni dans des indications aussi différentes que l’exérèse de naevus, des otoplasties, des biopsies osseuses et musculaires, des cures de hernie inguinale, des réductions de fracture et des ablations de matériel (liste non exhaustive).

La consultation de la douleur chronique propose 2 demi-journées de consultation d’hypno-analgésie par le Docteur D. Vesvard et le Docteur Rault.

Enfin, l’hypnose trouve une place originale dans la gestion de l’anxiété des patients et/ou de leur famille confrontés à des urgences que ce soit lors des interventions SMUR ou lors des appels téléphoniques au SAMU 35.

D’autres équipes proposent la réalisation de thyroïdectomie sous hypno-analgésie suivant en cela l’exemple d’une équipe du CHU de Liège où plus de 2000 de ces interventions ont déjà été pratiquées. Des cures de cholécystectomie ont également été réalisées sous hypno-sédation.
« Non seulement les patients peuvent éviter une anesthésie générale, mais les suites sont généralement simples et la reprise du travail intervient plus rapidement ».

Des applications à inventer
L’hypnose « un outil (parmi d’autres) à la disposition d’un praticien qui va l’utiliser dans son domaine de compétence habituel ». Il est important de noter que l’hypnose est utilisable par tout professionnel de santé qui a un projet thérapeutique. De nouveaux champs d’application sont à explorer que ce soit en salle d’opération mais aussi au lit des patients lors des pansements en médecine et en chirurgie, pour les soins d’escarres, de même que lors de la préparation psychologique à un examen douloureux. C’est enfin un outil intéressant pour optimiser la gestion des relations avec les patients et les familles car « l’hypnose est également une école de la communication ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.