Des consultations pour préparer les vacances sportives

Trekking, plongée...les vacances d'été sont souvent l'occasion pour le grand public d'exercer des sports qu'il n'a pas l'habitude de pratiquer et pour lesquels il n'est pas toujours préparé. Les médecins du service d'explorations fonctionnelles physiologiques proposent des consultations pour évaluer les capacités physiologiques des futurs vacanciers et leur donner quelques conseils indispensables.

Trekking, plongée…les vacances d’été sont souvent l’occasion pour le grand public d’exercer des sports qu’il n’a pas l’habitude de pratiquer et pour lesquels il n’est pas toujours préparé. Les médecins du service d’explorations fonctionnelles physiologiques proposent des consultations pour évaluer les capacités physiologiques des futurs vacanciers et leur donner quelques conseils indispensables.

Depuis quelques années, il existe un essor des vacances «sportives» : marches en altitude, plongée, etc. Qui ne pratique pas régulièrement une activité physique ou n’est pas familier de ces sports court de vrais risques d’accidents graves voire mortels. Ces activités pratiquées en milieu sinon hostile, du moins inhabituel (manque d’oxygène, enchaînement de dénivelés, pression atmosphérique variable, variation thermique brutale) exigent une bonne préparation .

En fonction des sports envisagés et des personnes, des tests d’effort peuvent être effectués pour évaluer les fonctions métaboliques et cardiaques : VO2, examens ORL ou ventilatoires, électrocardiogrammes… Des consultations de spécialistes comme le dentiste avant de pratiquer la plongée sont aussi parfois nécessaires.

Le Dr Lemaire explique : « Les vacanciers font réviser leur voiture avant de prendre la route. Ils devraient porter autant d’attention à leurs corps. Il nous arrive régulièrement de freiner les ambitions de certaines personnes ou de les encourager à prévoir une pratique raisonnable : ne pas aller plus loin que le baptême de plongée, ne pas aller en randonnée au-dessus de certaines altitudes si leurs capacités ne leur permettent pas de le faire sans danger. » Le mal aigu des montagnes n’est pas détectable par un examen préalable, mais là aussi l’information prévaut : il est utile de connaître ses signes annonciateurs avant de partir pour agir en conséquence quand il se déclare. Les médecins du service conseillent d’ailleurs de laisser au corps le temps de s’adapter au nouvel environnement proposé.

L’effort des praticiens du service porte aussi sur l’information plus générale, diététique, hydratation, équipement, médicaments à prévoir, vaccins à réaliser : «les effets secondaires de certains médicaments (nausées, fatigue…) peuvent gâcher un voyage, alors qu’ils ne sont pas toujours nécessaires dans la partie du pays visité ou à la période où a lieu le séjour» précise le Dr Lemaire, par ailleurs membre de l’association de médecine des voyages.

Si une partie des personnes venant en consultation prend directement rendez-vous auprès du service situé sur l’hôpital Dupuytren, les médecins généralistes sensibilisent de plus en plus à ces risques et ont aussi l’habitude d’adresser leurs patients – notamment les plus âgés – à cette consultation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.