Des greffons pulmonaires évalués et réhabilités « ex vivo »

En cas d'insuffisance respiratoire terminale, la transplantation pulmonaire s'impose. Cependant, cette intervention se heurte au manque de donneurs. Pour augmenter le nombre de greffons pulmonaires, sans accroître le nombre de donneurs, il existe une solution appelée «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo». Cette technique permet de sélectionner, parmi les greffons refusés, ceux qui, après reconditionnement ex vivo, vont satisfaire aux critères classiques d'implantation. En 2018, les équipes du CHU de Nantes ont adopté la «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo» de façon à accéder à une catégorie de donneurs d’organes nommée «Maastricht III» - les personnes en arrêt de traitement sur décision médicale.

En cas d’insuffisance respiratoire terminale, la transplantation pulmonaire s’impose. Cependant, cette intervention se heurte au manque de donneurs. Pour augmenter le nombre de greffons pulmonaires, sans accroître le nombre de donneurs, il existe une solution appelée «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo». Cette technique permet de sélectionner, parmi les greffons refusés, ceux qui, après reconditionnement ex vivo, vont satisfaire aux critères classiques d’implantation. En 2018, les équipes du CHU de Nantes ont adopté la «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo» de façon à accéder à une catégorie de donneurs d’organes nommée «Maastricht III» – les personnes en arrêt de traitement sur décision médicale. 
La technique de «Perfusion Pulmonaire Ex Vivo» optimise le greffon par un reconditionnement. Cette intervention consiste à le maintenir en fonctionnement dans une cloche en verre stérile, à évaluer et maximiser sa fonction d’oxygénation du sang. Grâce à cette intervention, le nombre de greffons utilisables peut être augmenté de façon significative permettant de réduire le temps d’attente des patients. 
Obligatoire et protocolisée, cette technique donne aux médecins le temps de «soigner» et d’évaluer les greffons avant leur transplantation.  
Le premier reconditionnement pulmonaire ex vivo a été réalisé avec succès à Nantes en décembre 2017 et s’est parfaitement déroulé sur l’ensemble des plans technique, matériel et humain.
Le CHU de Nantes a été la première équipe non-parisienne à greffer des poumons issus de donneurs Maastricht III. Cette expertise à laquelle s’ajoute la mobilisation de l’ensemble des équipes de transplantation thoracique font du CHU de Nantes un acteur majeur de la greffe pulmonaire avec plus de 30 transplantations réalisées en 2018. Un record !

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.