Des groupes pour venir à bout des douleurs chroniques rebelles

Le 3 juillet dernier, la Fondation APICIL* a remis un chèque de 100 000 € au Centre de la douleur. Cette somme, qui sera renouvelée chaque année pendant trois ans, va permettre de financer un programme très novateur de prise en charge en groupe des douleurs chroniques rebelles.

Le 3 juillet dernier, la Fondation APICIL* a remis un chèque de 100 000 € au Centre de la douleur. Cette somme, qui sera renouvelée chaque année pendant trois ans, va permettre de financer un programme très novateur de prise en charge en groupe des douleurs chroniques rebelles.

Sous l’impulsion de Dr Malou Navez, coordinatrice du Centre de la douleur, des groupes de 10 à 12 patients vont être constitués en fonction par exemple de leurs pathologies : céphalées, cervicalgies, lombalgies… Certains, comme pour les adolescents, fonctionnent déjà et les résultats sont encourageants. Il s’agit uniquement de patients souffrant de douleurs chroniques résistantes aux traitements ou présentant une problématique difficile. Leur suivi sera assuré par une équipe pluridisciplinaire composé d’un médecin, d’une infirmière, d’une psychologue, d’un kinésithérapeute, d’une psychomotricienne et par la suite d’une assistante sociale.
Cette approche en groupe de la douleur, fortement développée au Canada, est complètement nouvelle en Rhône-Alpes. Elle s’avère complémentaire de ce qui existe déjà et ne vient pas en substitution des prises en charge effectuées à l’hôpital ou en ville. En revanche, elle devrait faciliter la prise en charge des 1 600 nouveaux patients que le Centre de la douleur accueille chaque année (délai moyen d’attente de 4 mois avant la 1e consultation) et permettre à d’autres qui se trouvent un peu « exclus» de bénéficier d’une filière de soins.

Une prise en charge globale
La démarche est très novatrice car elle permet une prise en charge globale du patient, non seulement médicale mais également psychologique et sociale.
Les patients qui souffrent de douleurs chroniques présentent en effet une douleur morale de plus en plus importante et difficile à prendre en charge. L’un des objectifs de la démarche est de stopper la spirale descendante dans laquelle se trouvent parfois les patients. De même, la chronicité de la pathologie aggrave la situation sociale du patient. Pour la 1e fois, cet aspect sera pris en compte afin d’informer et d’orienter le patient le plus tôt possible pour éviter l’impasse. Cette démarche sera accompagnée par l’association Comète qui intervient depuis longtemps en Médecine Physique et de Réadaptation en matière de ré-insertion socio-professionnelle.
L’auto-éducation du patient sera également un volet essentiel du suivi. Des conseils concernant l’hygiène de vie lui seront donnés. D’autres techniques, telles que la relaxation ou la sophrologie, pourront être mises en place. Les groupes seront aussi des groupes de paroles où l’expression permettra de dédramatiser les souffrances et les patients pourront mutualiser leurs expériences. Cet ensemble peut contribuer à diminuer la prise de médicaments et éviter ainsi certains effets secondaires. L’essentiel est de trouver avec le patient des clés lui permettant de moins souffrir et de mieux utiliser son potentiel.

*La Fondation APICIL, reconnue d’utilité publique, s’engage dans la lutte contre la douleur, qu’elle soit physique ou psychique, à tous les âges de la vie. Elle a été créée par le groupe de protection sociale du même nom.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.