Des lits-portes au service des urgences pédiatriques

Depuis le 7octobre 2009, l'unité d'hospitalisation de courte durée (UHCD) pédiatrique accueille les enfants examinés aux urgences, pour un temps d'observation ou d'examens complémentaires avant le retour à domicile ou le transfert vers un service spécialisé.

Depuis le 7octobre 2009, l’unité d’hospitalisation de courte durée (UHCD) pédiatrique accueille les enfants examinés aux urgences, pour un temps d’observation ou d’examens complémentaires avant le retour à domicile ou le transfert vers un service spécialisé.

«Lorsqu’un enfant est amené aux urgences, c’est toute la famille qui est désorganisée. En plus de l’inquiétude liée à l’accident ou au malaise de l’enfant, il faut tout à coup bouleverser l’emploi du temps, projets, quitter son travail… Vivre une longue attente dans un couloir près d’un brancard ajoute encore au stress», explique le Dr Caroline Camby, chirurgien infantile responsable de l’UCHD pédiatrique. «Ici, les familles se retrouvent au calme, l’enfant est détendu, ce qui permet surtout un diagnostic plus rapide.»

Caroline Camby coordonne avec Christelle Gras, pédiatre réanimateur, l’équipe de ce secteur médico-chirurgical pédiatrique installé au sixième étage de l’hôpital mère-enfant. Son ouverture est l’aboutissement d’un projet initié en 2003-2004, dans le cadre de la restructuration de l’ensemble de l’hôpital d’enfants : «L’UHCD répond à la prise en charge spécifique d’enfants nécessitant une hospitalisation de quelques heures en urgence, le temps de pratiquer des examens complémentaires pour poser le diagnostic ou de s’assurer d’une évolution favorable sous traitement.»

Les locaux sont adaptés pour favoriser la prise en charge médicale des enfants et accueillir leurs parents. L’un des parents est en effet invité à rester auprès de son enfant pendant le séjour (plus de quatre heures et moins de vingt-quatre heures) : «Par exemple, après une réduction de fracture sous anesthésie générale ou en cas de laryngite nécessitant quelques aérosols, l’UHCD permet un accueil personnalisé de courte durée.»

Un pédiatre est affecté à l’unité et des avis spécialisés médicaux et chirurgicaux sont obtenus en temps réel, selon le besoin des patients, comme aux urgences pédiatriques. Dans les trois quarts des cas, le passage en UHCD permet de poser un diagnostic et d’organiser les soins à domicile. 20% à 25% des cas nécessiteront un transfert en hospitalisation conventionnelle: «Ainsi, notre unité améliore le fonctionnement des urgences pédiatriques en libérant des salles d’examen. Elle permet aussi de soulager les services de pédiatrie médicale et de chirurgie infantile, souvent surchargés par les incidents de la nuit alors qu’il faut accueillir des patients programmés le matin.»

L’équipe est composée de six auxiliaires de puériculture, six infirmières, un agent de service hospitalier, un cadre de santé, une secrétaire. Après une nécessaire période de mise en place, l’unité se prépare à recevoir en moyenne deux patients par lit et par jour.

Le 6 décembre 2009, deux mois après l’ouverture, l’UHCD avait accueilli 500 patients, dont un tiers relevait de la chirurgie et deux tiers de la médecine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.