Des mots zé des sons

Avec le programme culturel "des Mots Zé des Sons", une trentaine de conteurs et de musiciens baladent leur poésie au gré des services du CHU d'Angers. En un an, pas moins de 5 000 "usagers-spectateurs" ont déjà apprécié leurs intermèdes artistiques.

Avec le programme culturel « des Mots Zé des Sons », une trentaine de conteurs et de musiciens baladent leur poésie au gré des services du CHU d’Angers. En un an, pas moins de 5 000 « usagers-spectateurs » ont déjà apprécié leurs intermèdes artistiques. L’association ouvre une fenêtre sur l’environnement extra-hopitalier. A sa façon, l’art participe à la prise en charge hospitalière, invitant les patients, en dépit de leur alitement, à s’évader à la découverte d’univers nouveaux.

Organisé sous l’égide de l’association Entr’Art, association culturelle du CHU d’Angers, « Des Mots zé des Sons » est composé par des hospitaliers pour un public hospitalier (patients, visiteurs et professionnels).

Cette aventure a pu voir le jour, en 2005, grâce aux subventions accordées par la Caisse d’Epargne des Pays de la Loire dans le cadre du développement de Projets d’Économie Locale et Sociale. Et pour la 2e année consécutive la Caisse d’Epargne attribue un financement de 100 000 € au programme « des Mots Zé des Sons ». Ce soutien renouvelé permet d’envisager avec sérénité la programmation « 2006-2007 » et laisse augurer l’élargissement du programme à d’autres territoires artistiques et à d’autres publics.

La manifestation « Regards croisés sur le programme des Mots Zè des Sons », qui s’est tenue au CHU d’Angers le 25 octobre 2006, a permis aux différents acteurs de partager leurs expériences et confirmer leur volonté de faire vivre ce programme qui met en lumière l’existence de besoins culturels au sein du CHU.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.