Des nouveaux locaux pour la Pédiatrie

Après trois années de travaux, le service de Pédiatrie B a rejoint en juin dernier les autres services « mère et enfant » au sein du bâtiment E à l’Hôpital Nord.rnInstallé de façon temporaire dans le bâtiment B, le service a emménagé dans des locaux entièrement neufs. rnOutre l’amélioration des conditions d’accueil des enfants et des parents, cette nouvelle localisation facilite une prise en charge pluridisciplinaire.rn

Le service accueille des enfants âgés de 6 à 18 ans, souffrant pour la plupart de pathologies chroniques ou de problématiques liées à l’adolescence.

C’est également le service référent dans la Loire, et même au-delà, en diabétologie pédiatrique et pour les troubles du comportement alimentaire chez les moins de 18 ans.

Une architecture accueillante et rassurante

La conception du nouveau service a été réfléchie par l’équipe médicale et soignante en lien avec la direction des travaux et des équipements.

L’équipe s’est beaucoup investie dans l’aménagement intérieur qui a fait l’objet d’une attention particulière. L’utilisation de couleurs vives et de la lumière naturelle a été privilégiée afin de rendre les nouveaux locaux à la fois accueillants et rassurants.

Le confort hôtelier a également été soigné. Les 14 chambres du service sont principalement des chambres à un lit, permettant toutes un accueil des parents.

Grâce aux dons de plusieurs associations*, les plafonds sont décorés de dalles électroluminescentes et d’un dispositif atténuant le bruit.

Une organisation fonctionnelle

L’organisation intérieure du service a été conçue de façon fonctionnelle pour une prise en charge optimale des enfants.

Les pièces dédiées aux soins se situent au centre du service afin d’être au plus près des jeunes patients dont les chambres sont disposées tout autour. Par ailleurs, tous les accès du service sont sécurisés. Autre mesure, chaque porte est équipée d’un système « anti-pince-doigt ».

Le service dispose également d’une salle dédiée aux parents et de deux salles de jeux et de loisirs : l’une consacrée aux jeunes enfants et l’autre aux plus grands. Ces deux salles ont été isolées acoustiquement afin de respecter le repos des autres patients.

Les jeunes patients peuvent également se rendre dans la salle d’activités manuelles pour participer aux activités que propose l’éducatrice spécialisée.

Enfin une salle est dédiée à l’éducation thérapeutique des enfants atteints de diabète (250 enfants en moyenne sont suivis) afin d’accueillir des ateliers spécialisés qui peuvent être suivis en famille.

La salle de classe, qui n’a pas été oubliée, est située à l’extérieur du service, afin d’inscrire les enfants dans une démarche pédagogique « d’aller à l’école ».

Ces dons ont également permis l’intervention d’un graphiste spécialisé en décoration de services hospitaliers.

Le service de Pédiatrie B s’inscrit désormais dans un ensemble architectural cohérent d’activités permettant de prendre en charge, de façon complémentaire et en un même lieu, le couple, la mère et l’enfant, de sa conception à la fin de l’adolescence. Cette prise en charge pluridisciplinaire et globale vise également à raccourcir les circuits et les délais.

*Les associations « Kiwanis », « Le Père-Noël du Lundi », « CHUkid 42 », « ADERPS* » et « Verts forever » ont apporté leur soutien afin de contribuer à l’amélioration des conditions d’accueil des enfants et de leurs parents.

*Association pour le développement de la recherche pédiatrique de Saint-Etienne

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.