Des SMS au service de la santé

"Bonjour Bernard, Avez vous pensé à votre médicament ? Bonne journée" - Aide à la bonne observance des traitements médicamenteux, ces SMS sont autant de pense-bêtes adressés aux patients suivis en consultation antiplaquettaire. Une initiative unique en France déployée par le service de cardiologie de l’hôpital de la Timone, dirigé par le Pr Jean-Louis Bonnet, en collaboration avec l’Observatoire Régionale de la Santé et le laboratoire d’hématologie de l’hôpital de la Timone.

"Bonjour Bernard, Avez vous pensé à votre médicament ? Bonne journée" – Aide à la bonne observance des traitements médicamenteux, ces SMS sont autant de pense-bêtes adressés aux patients suivis en consultation antiplaquettaire. Une initiative unique en France déployée par le service de cardiologie de l’hôpital de la Timone, dirigé par le Pr Jean-Louis Bonnet, en collaboration avec  l’Observatoire Régionale de la Santé et le laboratoire d’hématologie de l’hôpital de la Timone.
Chaque jour depuis juin 2011, le service de cardiologie interventionnelle envoie un SMS aux patients ayant subi une angioplastie coronaire (pose d’un « Stent », sorte de ressort utilisé pour dilater les artères) afin de leur rappeler qu’ils doivent prendre leur traitement antiagrégant plaquettaire. 
Ce nouvel usage des technologies de l’information et de la communication au service de la santé vise à faire diminuer le nombre de patients qui ne respecte plus ou seulement partiellement les prescriptions médicales – le service de cardiologie a évalué à 15% le nombre de patient qui stoppe la prise d’aspirine. Or sans ce traitement, le risque d’infarctus est multiplié par 50 après la pose d’un « Stent ».  C’est pourquoi tous les patients porteurs d’un stent sont destinataires de cette communication.
Déjà plus de 30 malades ont bénéficié de cette "aide à la compliance" et les retours sont très positifs selon leur famille et les praticiens de ville. Plus de 15 modèles de SMS sont disponibles, histoire de varier les messages.
L’éducation thérapeutique aide les patients à acquérir ou maintenir les compétences nécessaires pour vivre au mieux avec une maladie chronique. Elle fait partie intégrante et de façon permanente de sa prise en charge. Ce processus continu d’apprentissage et de soutien psychosocial reconnaît au patient une place prépondérante en tant qu’acteur de sa santé au quotidien.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.